DIversité, cohortes et xénophobie

J’ai systématiquement confronté l’approche cohortale aux autres approches sociologiques classiques présentes dans la littérature. La plupart du temps il s’agissait de prendre en compte la question du genre, du diplôme et de la classe sociale. Face au racisme ou à la xénophobie, un effet de composition spécifique doit être testé : celui de la diversité des origines. Comme on l’a vu dans le chapitre 2, plus une cohorte est récente plus elle compte d’enfants d’immigrés ou de petits‑enfants d’immigrés en son sein et plus les origines sont variées. Une partie des différences entre cohortes sur ces valeurs peut alors s’expliquer par leur plus ou moins grande diversité interne.

Les attendus sur le lien entre immigration et tolérance sont pourtant loin d’être univoques. Ce lien migratoire, surtout s’il est mobilisé dans la mémoire familiale, peut induire un sentiment de solidarité envers les immigrés nouvellement arrivés. On peut aussi postuler un phénomène de « porte fermée », avec une volonté de distinguer son parcours ou celui de sa famille, de ceux qui arrivent après : cela revient donc à considérer les derniers arrivés comme moins méritants ou trop différents. Enfin, cette présence de la diversité peut aussi produire de la tolérance ou de l’intolérance. Plus une cohorte est récente plus il sera commun de compter dans son entourage des individus d’origine immigrée. Cela peut alors soit permettre de mieux les comprendre (la théorie du contact[1]), soit créer plus de tensions, notamment quand il s’agit de questions religieuses.

La mesure des origines reste encore trop peu présente dans les questionnaires d’enquêtes académiques, pour différentes raisons. Néanmoins le baromètre de la CNCDH dispose d’une telle mesure depuis 1999. Il est demandé aux personnes si elles ont un parent, deux parents ou au moins un grand‑parent immigré et, si c’est le cas, de quelle origine nationale. De manière intéressante on peut donc tester cette variable en comparaison avec d’autres effets possibles comme le niveau de diplôme ou le rapport à la religion (ne serait‑ce qu’à la religion musulmane).

tableau-xenophobie

Les spécialistes des préjugés en France retrouveront des résultats connus. Plus le niveau de diplôme est élevé plus les individus seront tolérants. Les diplômés du supérieur ont ainsi 3 fois plus de chance que les diplômés du primaire, au mieux, de considérer que les juifs français sont des Français comme les autres, 2,5 fois plus de chance de faire de même pour les musulmans français, 3,5 fois plus de chance de considérer que l’immigration est une source d’enrichissement culturel et de facto 5 fois plus de chance de « se sentir chez soi » dans une société multiculturelle. Les athées se distinguent du bloc catholique par leur plus grande tolérance sur les 4 séries analysées. Les premiers ont 1,2 fois plus de chance de considérer que les juifs français sont des Français comme les autres et 1,6 fois plus de chance de faire de même pour les musulmans. Ils ont 2,5 fois plus de chance de se considérer « chez soi » et 1,5 fois plus de chance de voir l’immigration comme un enrichissement. Les différences sont encore plus fortes quand on peut distinguer les catholiques pratiquants.

Les origines ont souvent un impact significatif sur la tolérance et la xénophobie et celui‑ci prend plusieurs formes. D’abord il existe, indépendamment de la religion (et notamment de la religion musulmane). Les musulmans sont plus tolérants à l’égard des immigrés et de leurs coreligionnaires. Mais il ne faut pas oublier, comme cela arrive trop souvent dans les débats publics, que les répondants d’origine maghrébine et africaine ne sont pas tous musulmans : dans ces données seulement 44 % se disent musulmans, contre 21 % catholiques et 24 % sans‑religion. Or l’ascendance détaillée a un effet propre tout comme la relation à l’immigration. Par exemple, les répondants ayant un parent d’origine immigré, quelle que soit son origine, sont généralement les plus tolérants. La tolérance perdure y compris parmi les répondants n’ayant qu’un grand‑parent immigré, preuve que la mémoire familiale pèse encore. Par ailleurs l’origine subméditerranéenne va de pair avec une plus grande tolérance, indépendamment de l’impact de la religion (s’il y en a une), du niveau de diplôme ou de la relation à l’immigration. Cette variable d’origine permet de distinguer les répondants d’origine européenne qui sont généralement plus ouverts que les Français sans ascendance étrangère déclarée, mais moins que les Français d’origine maghrébine ou africaine. Ainsi en 2012, 60 % des répondants sans relation à l’immigration considéraient qu’elle est une source d’enrichissement culturel. À l’opposé on trouve les enfants de l’immigration maghrébine et africaine qui sont 92 % à penser ainsi (et 87 % s’ils n’ont qu’un grand‑parent de cette origine). Les descendants de l’immigration européenne sont 72 % à partager cette opinion s’ils ont un parent immigré et 69 % s’ils ont un grand‑parent immigré.

Surtout il y a bien un effet cohorte, indépendamment des autres facteurs pris en compte. Cet effet est visible dans 3 séries cas sur 4, et encore pour l’opinion sur les juifs français la non‑significativité des écarts s’explique parce qu’il y a consensus, à la différence du cas des musulmans. Si on prend la question sur le fait de se sentir chez soi dans une société multiculturelle l’effet brut de la cohorte est déjà particulièrement marqué entre les individus nés avant‑guerre, qui peuvent avoir jusqu’à 1,3 fois moins de chance que les baby‑boomers de se sentir chez eux, aux post‑baby‑boomers, qui ont entre 2 et 3,8 fois plus de chance de s’y sentir bien. Bien sûr, une partie de ces écarts reflète des différences de composition. Par exemple la prise en compte de la diversité vient réduire les spécificités des deux cohortes les plus récentes : les rapports de chance de se considérer « chez soi » passent respectivement de 3,8 à 3,5 pour les répondants nés après 1981 et de 2,7 à 2,5 pour leurs homologues nés dans les années 1970. Mais cette culture de l’ouverture dépasse le simple fait d’être d’origine immigrée. Surtout cette tolérance ne disparaît pas une fois qu’on contrôle par le diplôme et la religion : 2,2 fois plus de chance de se sentir chez soi parmi la cohorte née en 1981 ou après, entre 1,7 et 1,6 fois plus de chance pour les cohortes 1971‑1980 et 1961‑1970 et même 1,4 fois plus de chance pour la cohorte 1951‑1960. On retrouve des phénomènes similaires sur l’enrichissement culturel qu’apporte l’immigration ou sur les musulmans français.

Ces différences de cohortes montrent donc bien qu’au‑delà des caractéristiques sociales, les membres des cohortes récentes ont fait leurs la diversité, en tout cas beaucoup plus que leurs parents. Surtout cette acceptation et cette tolérance dépassent le cadre des composantes éduquée ou athée de ces cohortes : elle touche l’ensemble des milieux sociaux. Derrière ces distinctions, l’hypothèse de socialisation différente à la tolérance et à la xénophobie est validée, tant pour les générations post‑baby‑boom qui s’avèrent les moins xénophobes ou pour les cohortes nées avant‑guerre qui ont été et restent méfiantes à l’égard des étrangers. Le racisme n’est pas affaire d’âge puisque généralement les individus tendent à l’être de moins en moins à mesure qu’ils vieillissent. En revanche, les préjugés sont bien les échos du monde dans lequel on a été socialisé (comme le racisme biologique par exemple). Ces échos devraient progressivement s’éteindre, si la tendance se maintient à l’avenir, mais il faut garder à l’esprit que des retours de préjugés sont possibles. Compte tenu des débats actuels en France, on peut même imaginer l’importation ici d’un scénario de « glaciation » à l’américaine. L’immigration deviendrait alors un point de fixation comparable à l’avortement aux États‑Unis.

V Tiberj

[1]        Thomas F. Pettigrew, “Intergroup contact theory”, Annual Review of Psychology, 49 (1), February 1998, p. 65‑85.

Les citoyens qui viennent

La moitié des électeurs qui ont choisi entre François Hollande et Nicolas Sarkozy en 2012 n’étaient pas en âge de voter lorsque François Mitterrand est arrivé au pouvoir et un cinquième d’entre eux n’étaient même pas encore nés. Ces nouveaux citoyens et citoyennes ont grandi dans un monde et une société très différents de ceux de leurs aînés. Pour elles et eux, le mur de Berlin, qui a tant pesé dans la vie de leurs parents et grands parents, c’est de l’histoire. Pour elles et eux, la globalisation, l’Union européenne, Internet et maintenant les réseaux sociaux sont des évidences de leur quotidien.
Ces citoyens qui viennent – ou sont déjà là – ont grandi et ont été socialisés dans une société multiculturelle et connectée, ou pourtant l’extrême droite est redevenue une force politique majeure. Ils vivent dans une société où le chômage est endémique, les emplois sont plus difficiles à trouver et de moins en moins protégés, quand leurs aînés pouvaient faire toute leur carrière dans la même entreprise. Ils vivent dans une société où les inégalités sociales s’accroissent et où l’État providence recule, quand leurs parents ont connu les avancées sociales des Trente Glorieuses. Ils sont devenus citoyens dans une période de défiance politique, dans laquelle les partis et responsables politiques sont régulièrement brocardés pour leur incapacité à résoudre les problèmes. There is no alternative est un argument qu’ils entendent très souvent, sous une forme ou sous une autre, tant à gauche qu’à droite. Pourtant, les mouvements associatifs n’ont jamais été aussi nombreux et les citoyens peuvent participer de plus en plus facilement et par des canaux de plus en plus diversifiés : signer une pétition par Internet, participer à des projets de quartiers, faire de l’action citoyenne au quotidien, bref agir sans le concours ou l’encadrement des élus et des partis.
Ces nouveaux citoyens seront aussi très différents de ceux qu’ils remplacent et de ceux à côté desquels ils prennent place. Ainsi, ils sont plus diplômés (63,5 % des individus nés dans les années 1970 ont obtenu un baccalauréat). Les femmes nées dans les années 1960 et après ont acquis dans la société une place que leur mère ou leurs grands mères n’auraient pu imaginer pour elles ou leurs filles. Elles sont désormais plus diplômées que les hommes de leur génération. Elles sont présentes tout autant que les hommes sur le marché du travail, même si leurs emplois restent moins bien payés et plus précaires. Jamais parmi ces nouveaux citoyens et citoyennes le sentiment religieux n’a été aussi faible : 28 % des individus nés dans les années 1970 et après se disent athées et à peine 10 % catholiques pratiquants, tandis que les « baby boomers », nés dans les années 1940, ne comptent que 18 % d’athées contre 19 % de catholiques pratiquants. Enfin les « post baby boomers » représentent une population particulièrement diverse en matière d’origines : près de 1 Français sur 5 né dans les années 1980 compte au moins un parent ou un grand parent immigré, contre 1 sur 10 pour les individus nés avant 1950.
Mis bout à bout tous ces éléments montrent que le renouvellement générationnel est un phénomène démographique et démocratique majeur. Pourtant, ces nouveaux citoyens ne font que très rarement l’objet de recherches et d’analyses propres notamment en science politique. De manière plus générale, c’est même l’approche par les cohortes de naissance qui est trop souvent laissée dans l’ombre, alors même qu’elle a permis de comprendre les évolutions de la stratification sociale européenne et qu’elle s’est considérablement développée en sociologie .
L’objet de ce carnet est de rendre compte de l’impact politique du renouvellement générationnel en France, en Europe et en Amérique du Nord. Pour montrer cet impact, je me suis concentré sur quatre grands terrains empiriques : le rapport à la politique en général et à l’offre politique en particulier, les transformations de la participation politique, les systèmes de valeurs et enfin les alignements politiques et électoraux.
Pour obtenir ces résultats, je me suis appuyé sur l’immense travail collectif de construction d’enquêtes menées par sondages depuis les années 1960. Je tente de mobiliser l’ensemble des enquêtes électorales nationales et les enquêtes comparatives (European Value Studies, European Election Studies, European Sosical Surveys, Eurobaromètres). Elles permettent de remonter au début des années 1970, voire aux années 1950 pour les plus anciennes. J’utilise des fichiers cumulés de ces enquêtes afin de mesurer comment les citoyens interrogés à des moments différents évoluent – ou non – sur des questions posées tout au long de la période. Ces fichiers cumulés permettent ainsi de distinguer entre effets de période, de cycle de vie et de cohortes. Ils ouvrent des perspectives particulièrement riches pour comprendre les évolutions sociopolitiques des démocraties contemporaines.