Comment les inégalités de genre au sein des cohortes évoluent sur l’appétence politique

L’érosion du gender gap sur la discussion politique

Sources : probabilités prédites par le modèle à partir du Mannheim Eurobarometer Trend File complété par V. Tiberj pour la période 2002 2013. Les données ont été lissées sur une période de 3 ans. Sont reproduites ici les différences de proportions de répondants ne discutant jamais de politique parmi les femmes et parmi les hommes

Sources : probabilités prédites par le modèle à partir du Mannheim Eurobarometer Trend File complété par V. Tiberj pour la période 2002 2013. Les données ont été lissées sur une période de 3 ans. Sont reproduites ici les différences de proportions de répondants ne discutant jamais de politique parmi les femmes et parmi les hommes

Les femmes des cohortes récentes se différencient moins des hommes que leurs homologues nées avant 1951 quand il s’agit de parler politique; le différentiel de proportion entre les femmes et les /hommes qui ne discutent jamais politique n’est plus que de 6 points de pourcentage environ depuis 2005, pour les cohortes nées en 1951 et après, quand il stagne autour de 10 points pour la cohorte 1941‑1950 et dépasse largement les 12 points pour celles nées avant‑guerre. Ce rattrapage progressif des femmes s’explique sans doute par la fin du déséquilibre entre les sexes en matière de diplômes[1]. D’ailleurs cet effet d’éducation associé à des taux de mortalité dissemblables permet aussi de comprendre l’aggravation des différentiels femmes/hommes dans les cohortes nées avant‑guerre. Les femmes moins diplômées vivent plus longtemps que les hommes ; cadres ou exerçant une profession intermédiaire, donc souvent les plus diplômés, vivent plus longtemps que les ouvriers et employés, moins diplômés. Ceux des cohortes anciennes voient ainsi leur niveau moyen de diplôme progresser[2] (pas parce qu’ils ont repris leurs études) alors que celui des femmes reste similaire[3]. En résumé, la politique semble moins un domaine masculin au sein des cohortes récentes, mais les différences de genre persistent sur l’appétence politique, y compris dans des générations de femmes qui ont toujours eu le droit de vote et un accès égal à l’éducation.

V.Tiberj

 

[1]        Les femmes des cohortes récentes sont désormais plus diplômées que leurs homologues masculins quand la situation inverse s’applique aux cohortes anciennes.

[2]        Dans la cohorte 1930 et avant, 24 % déclarent avoir quitté le système scolaire à 18 ans ou plus et 56 % avant 14 ans dans les années 1970. Dans les années 2005 et après ils sont 31 % et 48 %.

[3]        Toujours dans la même cohorte, 19 % des femmes auraient quitté le système scolaire à 18 ans et plus et 56 % avant 14 ans dans les années 1970, contre 20 % et 58 % dans les années 2005 et après.