Femmes d’hier et d’aujourd’hui dans les urnes

Tendanciellement le survote des femmes pour la droite a diminué tout au long de la ve République. Il s’établissait à +12 points en 1965 +7 en 1974 et 1981[1], alors qu’il n’est plus que de +2 en 2007 et +4 en 2012. Ce mouvement se retrouve‑t‑il dans l’ensemble des cohortes ou touche‑t‑il d’abord certaines d’entre elles ?

 Les femmes face à la gauche au sein des cohortes (1988‑2012)

femmes-et-gauche

Sources : enquêtes postélectorales CEVIPOF‑Sofrès 1988 et 1995, Panel Électoral Français 2002, Enquête Postélectorale CEVIPOF‑ministère de l’Intérieur‑IFOP 2007, Enquête Électoral Française 2012.Calculs de V. Tiberj.

Lecture : pour chaque élection présidentielle, on calcule l’écart entre le vote de gauche des femmes et le vote de gauche de l’ensemble de la cohorte. Un écart positif signifie que les femmes ont plus voté pour la gauche que l’ensemble de leur cohorte, un écart négatif qu’elles ont plus voté à droite que l’ensemble de leur cohorte

Les calculs pointent vers l’existence d’un gender‑generational gap[2] en France. Les femmes appartenant aux cohortes anciennes tendent à être plus conservatrices au sein de leurs générations que leurs homologues nées plus récemment. C’est d’autant plus frappant que les cohortes du vote conservateur des femmes sont déjà globalement les plus défavorables à la gauche. M. Sineau en avait fait l’hypothèse en 2007 et cela se vérifie particulièrement lors de l’élection qui a porté N. Sarkozy au pouvoir. À l’inverse, les femmes appartenant aux cohortes post‑baby‑boom ont encore plus voté pour S. Royal que l’ensemble de leurs générations (globalement les plus à gauche) : les écarts s’échelonnent de ‑5 points pour les cohortes 1941‑1950 et 1930 et avant à +4,5 pour la cohorte 1981 et après en passant par ‑3 pour la cohorte 1931‑1940, ‑2,5 pour la cohorte 1951‑1960, +1,5 pour la cohorte 1971‑80 et +3 pour la cohorte 1961‑1970.

La personnalité de S. Royal et le traitement médiatique de sa candidature ont pu jouer. Mais cette tendance se retrouve dans d’autres élections présidentielles. La tendance semble plus erratique, notamment pour des raisons d’effectifs, mais les cohortes nées avant‑guerre font généralement partie des 3 cohortes dans lesquelles les femmes votent le moins à gauche tandis que la cohorte 1971‑1980 se situe généralement parmi les 3 cohortes dans lesquelles les femmes lui sont les moins défavorables (voir les plus favorables). Il en va de même pour la cohorte 1981 et après, dès lors qu’elle est entrée sur scène à partir de 2007. Enfin, on peut relever une trace du vote « légitimiste des seniors »[3] notamment chez les femmes nées avant‑guerre face à F. Mitterrand. Celui‑ci semble être le candidat qui a le moins pâti de l’inclinaison conservatrice de ces électrices en comparaison avec tous ses successeurs socialistes.

En résumé, la baisse du vote de droite des femmes n’est pas un phénomène explicable par un phénomène de désalignement : les conservatrices d’hier tendent à le rester aujourd’hui. En revanche l’hypothèse d’un impact du renouvellement générationnel est plausible : les conservatrices d’hier pèsent de moins en moins dans les urnes et sont remplacées par des électrices beaucoup plus favorables à la gauche, autant sinon plus que l’ensemble de leurs cohortes de naissance.

V Tiberj

[1]        Mariette Sineau, La force du nombre, les éditions de l’Aube, 2008

[2]        Pippa Norris, “Mobilising the ‘Women’s Vote’: The Gender‑Generation Gap in Voting Behaviour”, Parliamentary Affairs, 49 (2), April 1996, p. 333‑42.

[3]       Denni Bernard, « Chapitre 5 / Le conservatisme des seniors. Une affaire d’âge ? », dans Anne Muxel (dir.), La politique au fil de l’âge, Paris, Presses de Sciences Po,  2011, p. 113-160.

 

Comment les inégalités de genre au sein des cohortes évoluent sur l’appétence politique

L’érosion du gender gap sur la discussion politique

Sources : probabilités prédites par le modèle à partir du Mannheim Eurobarometer Trend File complété par V. Tiberj pour la période 2002 2013. Les données ont été lissées sur une période de 3 ans. Sont reproduites ici les différences de proportions de répondants ne discutant jamais de politique parmi les femmes et parmi les hommes

Sources : probabilités prédites par le modèle à partir du Mannheim Eurobarometer Trend File complété par V. Tiberj pour la période 2002 2013. Les données ont été lissées sur une période de 3 ans. Sont reproduites ici les différences de proportions de répondants ne discutant jamais de politique parmi les femmes et parmi les hommes

Les femmes des cohortes récentes se différencient moins des hommes que leurs homologues nées avant 1951 quand il s’agit de parler politique; le différentiel de proportion entre les femmes et les /hommes qui ne discutent jamais politique n’est plus que de 6 points de pourcentage environ depuis 2005, pour les cohortes nées en 1951 et après, quand il stagne autour de 10 points pour la cohorte 1941‑1950 et dépasse largement les 12 points pour celles nées avant‑guerre. Ce rattrapage progressif des femmes s’explique sans doute par la fin du déséquilibre entre les sexes en matière de diplômes[1]. D’ailleurs cet effet d’éducation associé à des taux de mortalité dissemblables permet aussi de comprendre l’aggravation des différentiels femmes/hommes dans les cohortes nées avant‑guerre. Les femmes moins diplômées vivent plus longtemps que les hommes ; cadres ou exerçant une profession intermédiaire, donc souvent les plus diplômés, vivent plus longtemps que les ouvriers et employés, moins diplômés. Ceux des cohortes anciennes voient ainsi leur niveau moyen de diplôme progresser[2] (pas parce qu’ils ont repris leurs études) alors que celui des femmes reste similaire[3]. En résumé, la politique semble moins un domaine masculin au sein des cohortes récentes, mais les différences de genre persistent sur l’appétence politique, y compris dans des générations de femmes qui ont toujours eu le droit de vote et un accès égal à l’éducation.

V.Tiberj

 

[1]        Les femmes des cohortes récentes sont désormais plus diplômées que leurs homologues masculins quand la situation inverse s’applique aux cohortes anciennes.

[2]        Dans la cohorte 1930 et avant, 24 % déclarent avoir quitté le système scolaire à 18 ans ou plus et 56 % avant 14 ans dans les années 1970. Dans les années 2005 et après ils sont 31 % et 48 %.

[3]        Toujours dans la même cohorte, 19 % des femmes auraient quitté le système scolaire à 18 ans et plus et 56 % avant 14 ans dans les années 1970, contre 20 % et 58 % dans les années 2005 et après.