La politique qui vient

Tribune parue dans Libération, 25 avril 2017

En 2007, Nicolas Sarkozy, le candidat préféré des seniors l’avait emporté sur Ségolène Royal, la candidate de la jeunesse. Beaucoup à gauche en avaient conclu que le vieillissement de la population allait se traduire par un handicap démographique durable pour elle. L’émergence de ce « pouvoir gris » devait être le début d’une ère conservatrice qui la maintiendrait durablement hors de l’Elysée. Pourtant cette crainte était infondée. Dès 2012, on a bien vu qu’être le candidat des seniors n’est pas synonyme de victoire à la présidentielle. En 2017, François Fillon, a recueilli plus de 39% des voix parmi les 65 ans et plus et pourtant, il n’a même pas pu se qualifier au second tour. Pour la première fois dans l’histoire des présidentielles aucun candidat de la droite modérée ne la défendra au second tour.

La démographie pèse à la présidentielle, mais à travers le renouvellement générationnel et non sur l’équilibre entre les jeunes et les vieux. En 2012, 52% des électeurs qui ont choisi entre Nicolas Sarkozy et François Hollande n’étaient pas en âge de voter en 1981, un cinquième n’était même pas encore né. En 2017, près de 59% des citoyens n’ont jamais choisi entre VGE et François Mitterrand. Ces post-baby-boomers, nés depuis les années 1960 et qui n’ont connu que les trente piteuses, donnent le ton dans les urnes désormais. C’est cette nouvelle donne qu’il faut pleinement comprendre.

Avant d’aller plus loin, les post-baby-boomers sont eux-mêmes hétérogènes et cela s’en ressent dans leurs choix du 23 avril. Les plus intégrés, les plus diplômés et les mieux armés face aux enjeux de l’économie globalisée ont choisi Macron. Les plus en marge, les laissés pour compte, réellement ou symboliquement, ceux qui craignent pour leur identité, ceux touchés par la précarité des emplois peu qualifiés et qui s’avèrent les moins diplômés dans des générations qui n’ont jamais autant été éduquées se sont reportés sur Marine Le Pen. Attention, cependant à côté de ces gagnants et ces perdants de la mondialisation (selon l’expression d’Hanspeter Kriesi), il ne faut pas oublier ceux qui ont choisi Mélenchon et Hamon. Ce troisième groupe de post-baby-boomers se retrouve dans les valeurs de la gauche sociale, celle de l’égalité et de la redistribution et dans la gauche culturelle, celle qui accepte la diversité et le dépassement des frontières. Ces trois groupes de citoyens qui viennent ont en commun le rejet de la droite classique : François Fillon aujourd’hui, mais déjà Nicolas Sarkozy en 2012 et 2007.

Ces générations de l’après Baby-boom sont porteurs d’une culture politique que j’ai appelé la citoyenneté distante. Elle va peser de plus en plus sur les élections à venir.  D’abord elle vient supplanter une culture de la déférence qu’on trouvait essentiellement chez les électeurs nés avant-guerre : ils s’en remettaient aux élites et aux partis, ils plébiscitaient la verticalité de la présidence gaulienne. C’était donc des citoyens bien pratiques. Des citoyens qui croyaient aux promesses et avaient confiance dans les dirigeants. Des fidèles sur qui les partis pouvaient compter pour aller aux urnes et faire le bon choix. Ils incarnent la vieille politique, celle où les responsables pouvaient diriger seuls et d’en haut, où les électeurs restaient à la place.

Clairement, cette vieille politique décline. Les post-baby-boomers ne sont pas des supporters inconditionnels, ils choisissent de voter ou de s’abstenir, au coup par coup, en fonction des candidats et des enjeux. Ils sont de gauche ou de droite, mais ils votent s’ils le veulent et surtout ils n’hésitent pas à picorer dans leur « espace des possibles » entre les propositions qui leur sont faites. Surtout, ce sont des citoyens « à qui on ne l’a fait plus ». Ils ont connu les renoncements des uns et des autres une fois au pouvoir. Ils ont les moyens de s’informer, de décoder et donc de résister à la communication politique.  La politique qui vient est une politique où les élus seront contestés, sauf s’ils savent associer les citoyens, où les programmes ne peuvent plus venir d’en haut, mais se nourrir des initiatives d’en bas. Parmi les post-baby-boomers le vote est désormais un moyen d’action parmi d’autres. À côté des urnes, ils s’expriment dans la rue avec les manifestations, par internet ou à travers la consommation en boycottant ou buycottant.

Quelles conséquences pour la classe politique d’après 2017 ? D’abord il va être nécessaire de trouver les moyens de retenir ces post-baby-boomers. Pour Jean-Luc Mélenchon, on a déjà vu en 2012 qu’un succès à la présidentielle ne présage plus d’un alignement durable. Travailler à inclure les citoyens dans les orientations politiques et les décisions devient donc essentiel. Il faut sortir de cette logique où un programme s’élaborait entre soi, entre professionnels de la politique. C’est vers un changement de culture politique des dirigeants qu’il faut aller : les post-baby-boomers ne se contenteront pas de choisir la couleur des affiches, ils voudront pouvoir participer (ou non) et sur les décisions stratégiques.  C’est un enjeu qui se pose à tous les partis de gauche qui essayent de se refonder. En cela Podemos est un exemple et un avertissement. Ils ont tenté d’associer les citoyens, mais ils sont actuellement confrontés aux écueils de la personnalisation et de la professionnalisation du politique, avec donc le risque de finir par n’être plus qu’un parti comme les autres.

La position de l’homme providentiel est démonétisée chez ces citoyens qui viennent, mais c’est aussi le cas du philosophe roi et de l’expert. Et là, c’est l’ADN d’en marche qui pose question : si Emmanuel Macron se contente d’une horizontalité de façade, il va au-devant de graves déconvenues. L’état de grâce n’existe plus en France, encore à cause des nouveaux citoyens, plus prompts et plus capables à la critique. Nicolas Sarkozy l’a constaté en moins de 6 mois; François Hollande encore plus vite. Emmanuel Macron va devoir se garder sur sa droite, sur sa gauche et surtout face aux post-baby-boomers.

Vincent Tiberj

 

DIversité, cohortes et xénophobie

J’ai systématiquement confronté l’approche cohortale aux autres approches sociologiques classiques présentes dans la littérature. La plupart du temps il s’agissait de prendre en compte la question du genre, du diplôme et de la classe sociale. Face au racisme ou à la xénophobie, un effet de composition spécifique doit être testé : celui de la diversité des origines. Comme on l’a vu dans le chapitre 2, plus une cohorte est récente plus elle compte d’enfants d’immigrés ou de petits‑enfants d’immigrés en son sein et plus les origines sont variées. Une partie des différences entre cohortes sur ces valeurs peut alors s’expliquer par leur plus ou moins grande diversité interne.

Les attendus sur le lien entre immigration et tolérance sont pourtant loin d’être univoques. Ce lien migratoire, surtout s’il est mobilisé dans la mémoire familiale, peut induire un sentiment de solidarité envers les immigrés nouvellement arrivés. On peut aussi postuler un phénomène de « porte fermée », avec une volonté de distinguer son parcours ou celui de sa famille, de ceux qui arrivent après : cela revient donc à considérer les derniers arrivés comme moins méritants ou trop différents. Enfin, cette présence de la diversité peut aussi produire de la tolérance ou de l’intolérance. Plus une cohorte est récente plus il sera commun de compter dans son entourage des individus d’origine immigrée. Cela peut alors soit permettre de mieux les comprendre (la théorie du contact[1]), soit créer plus de tensions, notamment quand il s’agit de questions religieuses.

La mesure des origines reste encore trop peu présente dans les questionnaires d’enquêtes académiques, pour différentes raisons. Néanmoins le baromètre de la CNCDH dispose d’une telle mesure depuis 1999. Il est demandé aux personnes si elles ont un parent, deux parents ou au moins un grand‑parent immigré et, si c’est le cas, de quelle origine nationale. De manière intéressante on peut donc tester cette variable en comparaison avec d’autres effets possibles comme le niveau de diplôme ou le rapport à la religion (ne serait‑ce qu’à la religion musulmane).

tableau-xenophobie

Les spécialistes des préjugés en France retrouveront des résultats connus. Plus le niveau de diplôme est élevé plus les individus seront tolérants. Les diplômés du supérieur ont ainsi 3 fois plus de chance que les diplômés du primaire, au mieux, de considérer que les juifs français sont des Français comme les autres, 2,5 fois plus de chance de faire de même pour les musulmans français, 3,5 fois plus de chance de considérer que l’immigration est une source d’enrichissement culturel et de facto 5 fois plus de chance de « se sentir chez soi » dans une société multiculturelle. Les athées se distinguent du bloc catholique par leur plus grande tolérance sur les 4 séries analysées. Les premiers ont 1,2 fois plus de chance de considérer que les juifs français sont des Français comme les autres et 1,6 fois plus de chance de faire de même pour les musulmans. Ils ont 2,5 fois plus de chance de se considérer « chez soi » et 1,5 fois plus de chance de voir l’immigration comme un enrichissement. Les différences sont encore plus fortes quand on peut distinguer les catholiques pratiquants.

Les origines ont souvent un impact significatif sur la tolérance et la xénophobie et celui‑ci prend plusieurs formes. D’abord il existe, indépendamment de la religion (et notamment de la religion musulmane). Les musulmans sont plus tolérants à l’égard des immigrés et de leurs coreligionnaires. Mais il ne faut pas oublier, comme cela arrive trop souvent dans les débats publics, que les répondants d’origine maghrébine et africaine ne sont pas tous musulmans : dans ces données seulement 44 % se disent musulmans, contre 21 % catholiques et 24 % sans‑religion. Or l’ascendance détaillée a un effet propre tout comme la relation à l’immigration. Par exemple, les répondants ayant un parent d’origine immigré, quelle que soit son origine, sont généralement les plus tolérants. La tolérance perdure y compris parmi les répondants n’ayant qu’un grand‑parent immigré, preuve que la mémoire familiale pèse encore. Par ailleurs l’origine subméditerranéenne va de pair avec une plus grande tolérance, indépendamment de l’impact de la religion (s’il y en a une), du niveau de diplôme ou de la relation à l’immigration. Cette variable d’origine permet de distinguer les répondants d’origine européenne qui sont généralement plus ouverts que les Français sans ascendance étrangère déclarée, mais moins que les Français d’origine maghrébine ou africaine. Ainsi en 2012, 60 % des répondants sans relation à l’immigration considéraient qu’elle est une source d’enrichissement culturel. À l’opposé on trouve les enfants de l’immigration maghrébine et africaine qui sont 92 % à penser ainsi (et 87 % s’ils n’ont qu’un grand‑parent de cette origine). Les descendants de l’immigration européenne sont 72 % à partager cette opinion s’ils ont un parent immigré et 69 % s’ils ont un grand‑parent immigré.

Surtout il y a bien un effet cohorte, indépendamment des autres facteurs pris en compte. Cet effet est visible dans 3 séries cas sur 4, et encore pour l’opinion sur les juifs français la non‑significativité des écarts s’explique parce qu’il y a consensus, à la différence du cas des musulmans. Si on prend la question sur le fait de se sentir chez soi dans une société multiculturelle l’effet brut de la cohorte est déjà particulièrement marqué entre les individus nés avant‑guerre, qui peuvent avoir jusqu’à 1,3 fois moins de chance que les baby‑boomers de se sentir chez eux, aux post‑baby‑boomers, qui ont entre 2 et 3,8 fois plus de chance de s’y sentir bien. Bien sûr, une partie de ces écarts reflète des différences de composition. Par exemple la prise en compte de la diversité vient réduire les spécificités des deux cohortes les plus récentes : les rapports de chance de se considérer « chez soi » passent respectivement de 3,8 à 3,5 pour les répondants nés après 1981 et de 2,7 à 2,5 pour leurs homologues nés dans les années 1970. Mais cette culture de l’ouverture dépasse le simple fait d’être d’origine immigrée. Surtout cette tolérance ne disparaît pas une fois qu’on contrôle par le diplôme et la religion : 2,2 fois plus de chance de se sentir chez soi parmi la cohorte née en 1981 ou après, entre 1,7 et 1,6 fois plus de chance pour les cohortes 1971‑1980 et 1961‑1970 et même 1,4 fois plus de chance pour la cohorte 1951‑1960. On retrouve des phénomènes similaires sur l’enrichissement culturel qu’apporte l’immigration ou sur les musulmans français.

Ces différences de cohortes montrent donc bien qu’au‑delà des caractéristiques sociales, les membres des cohortes récentes ont fait leurs la diversité, en tout cas beaucoup plus que leurs parents. Surtout cette acceptation et cette tolérance dépassent le cadre des composantes éduquée ou athée de ces cohortes : elle touche l’ensemble des milieux sociaux. Derrière ces distinctions, l’hypothèse de socialisation différente à la tolérance et à la xénophobie est validée, tant pour les générations post‑baby‑boom qui s’avèrent les moins xénophobes ou pour les cohortes nées avant‑guerre qui ont été et restent méfiantes à l’égard des étrangers. Le racisme n’est pas affaire d’âge puisque généralement les individus tendent à l’être de moins en moins à mesure qu’ils vieillissent. En revanche, les préjugés sont bien les échos du monde dans lequel on a été socialisé (comme le racisme biologique par exemple). Ces échos devraient progressivement s’éteindre, si la tendance se maintient à l’avenir, mais il faut garder à l’esprit que des retours de préjugés sont possibles. Compte tenu des débats actuels en France, on peut même imaginer l’importation ici d’un scénario de « glaciation » à l’américaine. L’immigration deviendrait alors un point de fixation comparable à l’avortement aux États‑Unis.

V Tiberj

[1]        Thomas F. Pettigrew, “Intergroup contact theory”, Annual Review of Psychology, 49 (1), February 1998, p. 65‑85.

Femmes d’hier et d’aujourd’hui dans les urnes

Tendanciellement le survote des femmes pour la droite a diminué tout au long de la ve République. Il s’établissait à +12 points en 1965 +7 en 1974 et 1981[1], alors qu’il n’est plus que de +2 en 2007 et +4 en 2012. Ce mouvement se retrouve‑t‑il dans l’ensemble des cohortes ou touche‑t‑il d’abord certaines d’entre elles ?

 Les femmes face à la gauche au sein des cohortes (1988‑2012)

femmes-et-gauche

Sources : enquêtes postélectorales CEVIPOF‑Sofrès 1988 et 1995, Panel Électoral Français 2002, Enquête Postélectorale CEVIPOF‑ministère de l’Intérieur‑IFOP 2007, Enquête Électoral Française 2012.Calculs de V. Tiberj.

Lecture : pour chaque élection présidentielle, on calcule l’écart entre le vote de gauche des femmes et le vote de gauche de l’ensemble de la cohorte. Un écart positif signifie que les femmes ont plus voté pour la gauche que l’ensemble de leur cohorte, un écart négatif qu’elles ont plus voté à droite que l’ensemble de leur cohorte

Les calculs pointent vers l’existence d’un gender‑generational gap[2] en France. Les femmes appartenant aux cohortes anciennes tendent à être plus conservatrices au sein de leurs générations que leurs homologues nées plus récemment. C’est d’autant plus frappant que les cohortes du vote conservateur des femmes sont déjà globalement les plus défavorables à la gauche. M. Sineau en avait fait l’hypothèse en 2007 et cela se vérifie particulièrement lors de l’élection qui a porté N. Sarkozy au pouvoir. À l’inverse, les femmes appartenant aux cohortes post‑baby‑boom ont encore plus voté pour S. Royal que l’ensemble de leurs générations (globalement les plus à gauche) : les écarts s’échelonnent de ‑5 points pour les cohortes 1941‑1950 et 1930 et avant à +4,5 pour la cohorte 1981 et après en passant par ‑3 pour la cohorte 1931‑1940, ‑2,5 pour la cohorte 1951‑1960, +1,5 pour la cohorte 1971‑80 et +3 pour la cohorte 1961‑1970.

La personnalité de S. Royal et le traitement médiatique de sa candidature ont pu jouer. Mais cette tendance se retrouve dans d’autres élections présidentielles. La tendance semble plus erratique, notamment pour des raisons d’effectifs, mais les cohortes nées avant‑guerre font généralement partie des 3 cohortes dans lesquelles les femmes votent le moins à gauche tandis que la cohorte 1971‑1980 se situe généralement parmi les 3 cohortes dans lesquelles les femmes lui sont les moins défavorables (voir les plus favorables). Il en va de même pour la cohorte 1981 et après, dès lors qu’elle est entrée sur scène à partir de 2007. Enfin, on peut relever une trace du vote « légitimiste des seniors »[3] notamment chez les femmes nées avant‑guerre face à F. Mitterrand. Celui‑ci semble être le candidat qui a le moins pâti de l’inclinaison conservatrice de ces électrices en comparaison avec tous ses successeurs socialistes.

En résumé, la baisse du vote de droite des femmes n’est pas un phénomène explicable par un phénomène de désalignement : les conservatrices d’hier tendent à le rester aujourd’hui. En revanche l’hypothèse d’un impact du renouvellement générationnel est plausible : les conservatrices d’hier pèsent de moins en moins dans les urnes et sont remplacées par des électrices beaucoup plus favorables à la gauche, autant sinon plus que l’ensemble de leurs cohortes de naissance.

V Tiberj

[1]        Mariette Sineau, La force du nombre, les éditions de l’Aube, 2008

[2]        Pippa Norris, “Mobilising the ‘Women’s Vote’: The Gender‑Generation Gap in Voting Behaviour”, Parliamentary Affairs, 49 (2), April 1996, p. 333‑42.

[3]       Denni Bernard, « Chapitre 5 / Le conservatisme des seniors. Une affaire d’âge ? », dans Anne Muxel (dir.), La politique au fil de l’âge, Paris, Presses de Sciences Po,  2011, p. 113-160.

 

Une typologie des rapports aux partis au sein des générations

A partir du nombre de partis auxquels les électeurs pourraient accorder leur vote , leur refus d’en choisir certains et leur lien au parti (se sentent-ils porches ou non des partis ?), on peut établir une typologie des rapports aux partis au sein des cohortes. Dans un cas, ils soutiennent le leur et excluent les autres. Cela vient renforcer un vote qui va très souvent correspondre à ce lien partisan. Dans l’autre cas, les individus concernés éliminent d’abord suivant la logique du vote négatif d’Helena Catt[1]. De la même façon, avoir plusieurs partis dans son espace des possibles, autrement dit envisager plusieurs votes, n’a pas la même implication selon que les individus disposent d’un parti dont ils se sentent proches, ou non. Dans le premier cas, leur vote devrait aller d’abord à l’organisation favorite, ou tout au moins la plupart du temps à celle‑ci. Dans le second cas, les votes devraient être beaucoup plus variables tout en restant dans cet espace des possibles. Clairement entre les post-baby-boomers, les baby-boomers et les électeurs nés avant-guerre le rapport aux partis à bien changé. Ainsi, exclure de voter pour des partis aura des significations différentes selon que les individus disposent ou non d’un parti préféré.

À l’échelle de l’électorat et du système politique dans son ensemble, les conséquences politiques seront alors très différentes. La montée en puissance du vote négatif devrait correspondre à une baisse de la participation électorale. Se déplacer pour faire barrage apparaît, en effet, moins mobilisateur que de le faire par adhésion[2]. Ensuite, un espace des possibles multipartite devrait entraîner une plus grande variabilité dans les scores des différents partis, a fortiori si les individus concernés ne se sentent pas proches d’un parti en particulier. On retrouve ici une des conclusions de l’école de Michigan : l’identification partisane induit une certaine stabilité du système partisan en assurant à chacun un matelas relativement constant de voix. Avec un lien partisan plus faible en France et avec un espace des possibles plus souvent multipartite, cette stabilité d’une élection à l’autre devrait être moindre. Surtout si, comme on le suppose, le lien aux partis est affecté par le renouvellement générationnel, alors cette variabilité d’une élection à l’autre va en augmentant. Les cohortes post‑baby‑boom associées à la citoyenneté distante remplacent alors des cohortes dont les membres étaient plus souvent dans une logique de « remise de soi » à un parti. Non seulement la participation électorale est de plus en plus erratique comme on le verra dans le chapitre 5, mais il devrait en aller de même des succès et des défaites des différents partis.

Afin de tester l’hypothèse de l’importance de la combinaison rapport aux partis/proximité partisane, j’ai construit une typologie raisonnée des rapports aux partis selon la question de proximité partisane (être apartisan ou partisan) et le nombre de partis dans l’espace des possibles (aucun, un ou plusieurs). Cette typologie permet d’envisager des logiques de votes différentes selon la configuration dans laquelle se trouve l’individu.

Un Monopartisan, qui se sent proche et n’envisage de voter que pour un seul parti devrait reproduire systématiquement le même vote, pour le même parti, sauf si la configuration des candidatures l’oblige à faire autrement. De manière intéressante, ces monopartisans se manifestent essentiellement comme des soutiens au PS, au RPR ou à l’UMP. En 2009 ce type rassemble 21 % des personnes interrogées.

Proches des premiers par leur relation de proximité à un parti, les Partisans à espace multiples, se distinguent par la possibilité de voter pour plus d’un parti. Leurs votes pourraient donc être plus variables dans le temps[3]. Ils sont généralement plus nombreux que les Monopartisans : 28 % contre 21 % en 2009, 24 % contre 22 % en 2014, 31 % contre 15 % en 2004 par exemple. Dans les années 2000 et après, les Partisans multiples sont plus souvent à gauche que les Monopartisans. Ainsi en 2004, ils sont 53 % à se situer dans ce camp contre 43 % parmi les Monopartisans. En 2009, 55 % des Partisans multiples se situent à gauche contre 20 % des Monopartisans, et 52 % et 32 % respectivement en 2014. Leur niveau de participation électorale déclarée est sensiblement le même que celui des Monopartisans sur la période.

Les Apartisans à espace vide se manifestent comme l’incarnation empirique de l’électeur négatif d’H. Catt. Ils ne possèdent pas de lien positif à un parti et aucun d’eux ne suscite une probabilité de vote supérieure ou égale à 6 sur 10. Au mieux, ces électeurs savent contre qui ils sont, mais pas forcément vers qui se tourner. Ils représentent 19 % des personnes interrogées en 2009. Cela se traduit par un fort taux de « non‑ alignés » (ni de gauche ni de droite) : c’est le cas de 56 % d’entre eux en 2004, de 66 % en 2009 et de 70 % en 2014 (contre respectivement 25 %, 35 % et 41 % de l’ensemble des personnes interrogées ces années‑là). Au sein de ce groupe, le niveau de participation déclarée est particulièrement faible : sur l’ensemble de la période 1989‑2014, ils ont 1,5 fois plus de chances de s’abstenir que les Monopartisans. Le vote négatif existe, mais il n’est pas aussi mobilisateur que le vote positif.

Un quatrième groupe relativement proche des précédents rassemble les Apartisans avec un parti dans leur espace des possibles. En 2009, ils représentent 17 % de l’échantillon. Ces électeurs ne sont guère positifs à l’endroit de l’offre politique puisque leur parti préféré ne l’est que faute de mieux. Ils correspondent aux partisans, par défaut, aux personnes interrogées qui choisissent le parti « le moins éloigné » dans la question française de proximité partisane. Eux aussi tendent à moins participer puisque leurs chances de s’abstenir sont 1,4 fois plus importantes en moyenne sur la période que les Monopartisans. Ils occupent une position intermédiaire entre les Partisans et les Apartisans à espace vide sur l’alignement politique : 31 % se placent au centre (contre 17 % des Monopartisans) en 2004, en 2009, ils sont 50 % (contre 17 %) et en 2014, 49 % (contre 19 %).

Enfin le dernier groupe rassemble les Apartisans à espace multiple. Ces électeurs sont sans doute particulièrement sensibles au contexte qui prévaut à chaque élection, puisque leur vote peut se porter sur plusieurs partis sans que l’un d’eux soit préféré. Ils se caractérisent aussi par une certaine distance puisqu’ils ne traduisent pas leurs préférences partisanes en proximité. En 2009, ils sont 19 % des personnes interrogées. Cette distance induit une plus forte tendance à l’abstention (1,25 fois plus de chances que les Monopartisans sur l’ensemble de la période) et au non‑alignement bien qu’il soit moins fort que pour les autres Apartisans (24 % en 2004, 38 % en 2009 et 37 % en 2014). On les trouve donc aussi à gauche et à droite.

Une typologie des rapports aux partis en 2009

typoparti

Sources : EES 2009. Lecture : sont représentés les pourcentages d’un type de rapports aux partis au sein d’une cohorte. Par exemple 16 % des individus nés dans les années 1970 sont des Monopartisans

Les membres des cohortes se démarquent les uns des autres particulièrement sur trois types de rapports aux partis. D’abord, plus une cohorte est récente, moins ces membres ont de chances d’être des Monopartisans : 30 % des électeurs nés avant‑guerre rentrent dans cette catégorie contre 20 % de ceux nés entre 1951 et 1960, 17 % des membres de la cohorte 1961‑1970, 15 % des membres de la cohorte 1971‑1980 et 12 % des membres de celle 1981 et après. Les cohortes post‑baby‑boom se caractérisent par une plus grande proportion de « multiples » que les individus concernés soient Partisans ou Apartisans. Ainsi les individus nés avant 1951 sont particulièrement peu représentés parmi les Apartisans à espace multiple (entre 12 % et 16 % contre entre 20 % et 24 % pour les individus nés après 1950). Dans ces cohortes nées après 1950 on compte plus d’Apartisans à espace multiple que de Monopartisans. Enfin, les membres des cohortes 1971‑1980 et 1981 et après semblent un peu plus être des Partisans « à choix multiples », la fréquence de ce type de rapport aux partis étant de 32 % dans la première et 35 % dans la deuxième génération contre environ 26 % pour les autres cohortes.

regr-typoparti

L’analyse multivariée qui suit confirme l’impact du renouvellement générationnel. Il s’agit d’une régression logistique multinomiale dans laquelle le profil de référence est constitué des Monopartisans.

Les Monopartisans et les Partisans à choix multiple se distinguent des trois types Apartisans. Ces deux profils rassemblent plus souvent les individus intéressés par la politique et idéologiquement alignés. Les « pas du tout » intéressés ont ainsi 5 fois plus de chances que les « très intéressés » d’être dans un des profils Apartisans plutôt qu’être Monopartisan et ont encore moins de chances de faire partie des Partisans à choix multiple. De même, les non‑alignés ont 6 fois plus de chances que les alignés à gauche d’être des Apartisans à espace vide, 3,5 fois plus de chances d’être des Apartisans avec espace unique, et 2,5 fois plus de chances d’être Apartisan à choix multiple. À l’autre bout du spectre, on trouve les Partisans à choix multiples qui rassemblent très souvent des répondants très intéressés.

Une lecture trop rapide associerait ces profils apartisans à des citoyens aliénés. Ce serait trompeur. On a vu dans le chapitre 3 que derrière un faible niveau d’intérêt se cachent deux attitudes à l’égard de la politique, l’aliénation, mais aussi la distance, particulièrement forte dans les cohortes récentes. De fait, on constate des différences significatives entre cohortes sur ces profils d’Apartisans, y compris en contrôlant par des différences de composition ou de rapport au politique. Ainsi les post‑baby‑boomers ont plus de chances de se retrouver parmi les Apartisans à choix multiple et, dans une moindre mesure, les Apartisans à choix unique. Les individus nés après 1981 ont ainsi 2,5 fois plus de chances d’être des Apartisans à choix multiples que des Monopartisans quand on les compare aux membres de la cohorte 1941‑1950 et les individus nés entre 1971 et 1890, 1,9 fois plus de chances. Ces résultats cadrent bien avec ce qu’on sait de leurs capacités à situer l’offre politique, tout en gardant leur distance à l’égard de la politique et des acteurs qui l’incarnent. Enfin, les individus de la cohorte 1981 et après ont également plus de chances de se retrouver dans le profil des Partisans à choix multiples.

Le multipartisme apparaît donc bien comme une réalité qui touche un nombre conséquent d’électeurs. Surtout, ce phénomène est particulièrement répandu au sein des cohortes récentes amenées à prendre de plus en plus d’importance à l’avenir tandis que les celles qui comptent le plus de Monopartisans pèsent de moins en moins. Une autre conséquence du renouvellement générationnel est donc que les scores des différents partis seront de moins en moins stables d’une élection à l’autre.

Vincent Tiberj

[1]        Helena Catt, 1996, op. cit.

[2]        J’avais pu le constater lors du second tour de l’élection présidentielle de 1995. Lorsque les personnes interrogées déclaraient de l’antipathie simultanément pour J. Chirac et L. Jospin, mais en rejetaient un plus que l’autre, alors leur participation déclarée se situait à 65 % s’ils se positionnaient à gauche ou à droite et 47 % s’ils étaient ninistes. En revanche, si les électeurs trouvaient un finaliste plus sympathique que l’autre, alors leur participation déclarée s’élevait à 88 % s’ils étaient de gauche ou de droite et 77 % chez les ninistes (Vincent Tiberj, 2002, op. cit.).

[3]        Même s’il est difficile de le prouver avec ce type d’enquête par sondage, à la différence d’un panel.

Les logiques sociopolitiques du placement des partis

Dans les citoyens qui viennent[1], le placement des partis sur l’axe gauche / droite n’est traité qu’au niveau descriptif. S’en contenter n’est pas suffisant, quand on prend en compte l’impact que peut avoir le phénomène des répondants fantômes. Si les peu diplômés, les ouvriers et les jeunes sont sous‑représentés, alors les pourcentages bruts présentés dans le livre sont faussés et, selon toute vraisemblance, les proportions de bonnes réponses sont gonflées. Ce biais sera atténué avec une analyse de régression. De plus, on pourra alors tester le comportement des cohortes au regard de leurs différences sociodémographiques, mais aussi de leurs différences en matière d’appétence politique.

Avant d’analyser les modèles présentés, deux points doivent être portés à l’attention du lecteur. Premièrement, j’ai choisi de ne présenter que les modèles portant sur les conditions dures, afin de rendre le test encore plus exigeant. Deuxièmement, la profession de la personne interrogée n’est pas incluse ici à cause d’un défaut de l’EES 1999 qui ne la mesure pas. Le choix était alors le suivant : soit supprimer de l’analyse cette vague d’enquête, soit retirer de l’équation la profession. J’ai effectué les analyses avec les deux solutions, mais choisi de présenter ici uniquement la seconde. Les modèles obtenus avec la condition simple et les modèles qui comportent la profession sont disponibles sur demande.

Expliquer les placements des partis

placement-parti

Trois modèles emboîtés ont été définis. Les modèles 1 correspondent à la mise en équation de la figure 17 (p. 91) ni plus ni moins, avec comme variables indépendantes l’année d’enquête et les cohortes de naissance. Ils expliquent parfois plutôt bien le phénomène, mais l’explication est alors triviale. Ainsi ils permettent de tester les variations de connaissance sur les partis dans le temps.

Les modèles 2 prennent en compte les différences de composition des cohortes notamment en matière de diplômes, mais aussi des effets de carrière : l’entrée dans l’âge adulte et l’arrivée à un âge avancé. Les résultats sont conformes à ce qu’on sait des traditionnelles inégalités sociopolitiques. C’est le cas du diplôme : les moins diplômés ont toujours entre 5 et 2 fois moins de chances de situer correctement un parti que les plus diplômés. Ainsi les inégalités de genre sont régulièrement à l’œuvre, même si elles sont clairement moins fortes que pour le diplôme. De ce fait les femmes, indépendamment de leur niveau de diplôme, de leur appartenance cohortale ou de l’année d’enquête, ont 1,6 fois plus de chances de ne pas bien situer le FN (l’inverse de 0,6) et 1,25 fois plus de chances de ne pas bien situer le PCF, le PS, l’UDF/MoDem ou le RPR/UMP. Enfin, l’arrivée à un âge avancé pèse significativement sur le placement de certains partis et pas sur d’autres, mais généralement dans le sens attendu, c’est‑à‑dire moins bien. C’est le cas sur la capacité à placer le PS, les Verts et l’UDF/MoDem. En revanche cela n’induit pas de différences significatives notamment sur le placement du PCF, ce qui confirme encore une fois la spécificité du communisme comme marqueur politique.

Les modèles 3 ajoutent à l’analyse l’intérêt pour la politique. Plusieurs effets sont possibles. D’abord plus on est intéressé plus on devrait placer correctement les partis. C’est effectivement le cas notamment quand on se focalise sur les « pas du tout intéressés » qui ont entre 1,5 et 3 fois plus de chances de ne pas les placer correctement en comparaison avec les plus intéressés. Ensuite, l’intérêt politique vient bien compenser les handicaps sociaux induits par le niveau d’éducation, l’âge avancé ou le genre. La plupart des coefficients du genre et du diplôme tendent vers 1 entre les modèles 2 et 3, ce qui ici indique une réduction des inégalités.

Une fois ces différents résultats exposés, que dire des effets cohortes ? D’abord les résultats sont bien différents de ceux constatés dans la première partie de ce chapitre pour la discussion politique. Seul le cas du PCF rappelle les résultats précédents. Dans le modèle 1, les individus nés dans les années 1960 ont 1,25 fois moins de chances de placer correctement le PCF par rapport à la cohorte 1941‑1950 ; leurs homologues nés dans les années 1970, 1,6 fois moins de chance et ceux nés dans les années 1980 et après, 2,5 fois moins de chances. Cet impact de la cohorte de naissance est d’autant plus important que leur niveau de diplôme aurait dû leur permettre a priori de mieux savoir placer ce parti. Pourtant, les coefficients s’éloignent de 1 et, désormais, si on tient compte du niveau de diplôme, les individus nés en 1981 et après ont alors 3 fois plus de chances de se tromper, ceux nés dans les années 1970 2 fois plus de chances et ceux nés dans les années 1960 1,6 fois plus de chances que leurs alter ego nés dans les années 1940. La prise en compte de l’appétence politique, plus faible dans les cohortes post‑baby‑boom, réduit à la marge ce phénomène. Ici donc ces individus dénotent une méconnaissance importante de ce parti. Si ce schéma s’était reproduit sur d’autres partis, alors l’hypothèse d’une plus forte proportion de Citoyens aliénés parmi les post‑baby‑boomers aurait été validée. Mais le PCF est un cas isolé. Autrement dit, l’explication par un effet de socialisation spécifique au PCF est ici la plus plausible.

Pour les autres partis, les résultats sont donc bien différents. Pour le PS, par exemple, la cohorte 1971‑1980 semble faire moins bien que les autres pour le situer, compte tenu de leur niveau de diplôme, mais c’est la seule dans ce cas et l’ampleur de l’écart reste faible. Pour les Verts, l’UDF/MoDem, le RPR/UMP ou le FN, les post‑baby‑boomers ne se distinguent pas de leurs alter egos nés dans les années 1940, voire peuvent faire mieux notamment dans le cas du FN. Ainsi les membres de la cohorte 1981 et après ont 1,7 fois plus de chances que la cohorte 1941‑1950 de bien situer le FN, a caractéristiques sociales, mais aussi à appétence politique équivalentes. Autrement dit, les post‑baby‑boomers s’avèrent effectivement bien au fait, ou au moins autant au fait, de qui est où dans la vie politique que les cohortes du baby‑boom. Il faut donc rejeter l’hypothèse de l’aliénation, au profit de celle du rapport distant à la politique. Dans ces cohortes on peut connaître sans apprécier, à la différence de celles plus anciennes pour lesquelles les deux allaient de pair.

C’est d’autant plus vrai que nombre de ces électeurs nés dans les années 1960 et après manquent de l’expérience acquise par ceux plus âgés qui ont été confrontés à plus d’élections et donc « connaissent la musique ». Or les résultats de la variable moratoire qui ne s’applique ici qu’aux cohortes 1971‑1980 et 1981 et après, ne sont pas ceux auxquels les spécialistes de la socialisation politique sont habitués. Dans 4 cas partisans sur 6, le coefficient indique que les « jeunes électeurs » auraient plus de chances de bien situer les partis que le reste de l’électorat, ce qui n’est vraiment pas attendu. On pourrait objecter que ces coefficients ne sont pas significatifs dans la majeure partie des cas. Mais, si on supprime cette variable de l’équation, l’écart entre les cohortes post‑baby‑boom et la cohorte de référence s’en trouve alors accru en faveur d’une encore meilleure capacité des premiers à situer les partis politiques. Dans ces modèles 3 modifiés, des écarts significatifs apparaissent. Les post‑baby‑boomers font donc beaucoup mieux que ce que leur niveau d’intérêt politique le laisserait supposer.

Vincent Tiberj

[1] Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, Paris, PUF, 2017, chapitre 1, p.86-97

Les erreurs d’une modélisation de la discussion politique par l’âge

Il est impossible de traiter simultanément les effets d’âge (cycle de vie), de période et de cohorte sans être confronté au problème de l’identification. Une manière de résoudre le problème est de faire comme si on privilégiait une approche théorique plutôt qu’une autre et de confronter les résultats obtenus par le modèle avec les données réelles. Le choix fait ici privilégie une lecture par l’âge des évolutions de la discussion politique, plutôt que d’adopter une approche par les cohortes (ce qu’on a fait dans le chapitre 3 des Citoyens qui Viennent[1]). Le modèle inclut également le sexe, la profession et le niveau d’études des individus, ainsi que les années d’enquêtes.

Discussion politique – les erreurs de l’approche par le cycle de vie

erreur-dage

Le modèle reproduit un effet de l’âge bien connu : il prend la forme d’un U pour la plupart des périodes analysées se traduisant par la forte implication des classes d’âge actives (entre 35 et 54 ans) tandis que les plus jeunes, à cause de la période de moratoire politique, et les plus vieux, avec leur mise à la retraite, se distinguent par leurs plus grandes chances de ne jamais discuter politique.

Pourtant, cette modélisation distord les données réelles. C’est particulièrement flagrant pour les deux premières périodes. Dans la période 1975-1980, le modèle par les effets d’âge prévoit une participation aux discussions politiques à peu près équivalente entre les différentes classes d’âge (entre 24,5 % et 27,5 % de chances d’être Non discutant), bien éloignée des données : les plus en retrait sont les plus âgés et surtout les moins de 35 ans sont les plus discutants. Cette distorsion entre les prédictions d’une forte participation des personnes d’âge mûr et des seniors et la réalité de leurs pratiques se retrouve dans la période 1981-1985. Le modèle semble un peu mieux rendre compte des données dans les périodes qui suivent. Si ce n’est qu’il minore fortement la participation effective des 45 54 ans entre 1996 et 2000 et des 45 64 ans en 2001 2005.

Derrière ces erreurs de modélisation, on peut suivre la progression de la carrière des cohortes mobilisées des baby boomers d’une part et des générations d’avant guerre en retrait d’autre part. Il faut se souvenir que les membres de la cohorte 1941 1950 ont entre 25 et 35 ans en 1975 et entre 55 et 65 ans en 2005.

Vincent Tiberj

[1] Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, Paris, PUF, 2017.

Les relations entre cohortes et intérêt pour la politique

J’ai diagnostiqué un rapport différent à la politique des cohortes sur la base d’une question sur la fréquence des discussions politiques dans les Eurobaromètres[1]. Mais est-ce suffisant? La théorie de la mesure enjoint le plus souvent de disposer de plusieurs indicateurs pour analyser le même concept, afin d’éviter des biais spécifiques à une question particulière[2].

J’ai voulu vérifier si on retrouve des résultats similaires à partir d’un autre indicateur, celui de l’intérêt pour la politique. J’ai utilisé deux autres séries d’enquêtes : les enquêtes françaises de 1978 à 2012 et les European Electoral Studies qui couvrent la période 1989‑2014. Il faut cependant être conscient de plusieurs problèmes. D’abord la couverture temporelle qu’elles fournissent est plus parcellaire. Ensuite certaines variables indépendantes ne sont pas mesurées de la même façon. Les EES comme les Eurobaromètres n’utilisent que l’âge de fin d’études pour le diplôme, quand les enquêtes françaises se fondent plutôt sur le dernier diplôme obtenu. Les nomenclatures professionnelles diffèrent également entre elles. On ne peut donc les rassembler dans une même série. Enfin cet ensemble d’enquêtes est disparate entre chacune des séries d’enquêtes, mais aussi au sein des séries elles‑mêmes. Ainsi les EES ou les enquêtes françaises utilisent par exemple des modes d’administration différents (en face‑à‑face ou par téléphone), mobilisent des méthodes d’échantillonnage différentes (aléatoire ou par quotas, avec des quotas qui eux‑mêmes diffèrent parfois). Une manière de résoudre ce problème, notamment dans le cas français, est de disposer d’une variable indépendante spécifique à chaque enquête qu’on intègre aux modèles toutes choses égales par ailleurs. Cela permettra d’en distinguer les effets communs (comme par exemple l’impact de l’appartenance à une cohorte), des effets de période d’interrogation (par exemple une élection présidentielle) et des effets de mode de passation.

tableu-inetret

notes-interet

Les logiques explicatives de l’intérêt politique s’avèrent globalement cohérentes avec celles de la discussion politique. L’intérêt politique a d’autant plus de chances d’être fort que les personnes interrogées ont un niveau de diplôme élevé, sont des hommes plutôt que des femmes, des cadres plutôt que n’importe quelle autre profession.

Comme dans le cas de la discussion politique, les cohortes post‑baby‑boom se démarquent par un intérêt politique plus faible que la cohorte 1941‑1950 : dans les modèles simples, celles‑ci ont entre 1,6 et 1,3 fois plus de chances de ne pas s’intéresser à la politique dans les enquêtes françaises et environ 1,6 fois plus de chances de ne pas s’y intéresser dans les enquêtes sur les Européennes que la cohorte de référence. Comme pour la discussion politique, si on tient compte du niveau relatif d’éducation de ces cohortes récentes, leur distance à la politique est encore plus marquée. Dans le modèle complet, à niveau de diplôme, profession et sexe similaire, les individus nés dans les années 1961‑1970 ont 2 fois plus de chances de ne pas s’intéresser à la politique que leurs homologues nés dans les années 1940 ; ceux nés dans les années 1971‑1980, 2,5 fois plus de chances ; et ceux nés dans les années 1981 et après 3 fois plus de chances dans les enquêtes françaises. Les rapports de chances sont similaires dans les EES.

Il y a cependant une différence mineure entre les résultats obtenus pour la discussion politique et pour l’intérêt politique. Les cohortes « mobilisées » se distinguent moins sur cette question de l’intérêt. Dans les enquêtes françaises, la cohorte 1941‑1950 reste celle qui compte la plus forte proportion d’individus qui disent s’intéresser à la politique. Ce n’est déjà plus le cas de la cohorte 1951‑1960 dont les membres se trouvent dans les modèles simples à un niveau similaire à celui des individus nés en 1931 ou avant. Une fois contrôlés les effets de compositions, les individus nés entre 1941 et 1950 ne se distinguent plus significativement de leurs aînés nés avant‑guerre, leur différence étant alors due à un plus fort niveau de diplôme. Quant aux répondants nés dans les années 1951‑1960, ils s’avéreraient moins souvent intéressés à niveau de diplôme égal.

Il faut se garder de trop commenter ces écarts entre les deux questions‑trends, d’abord parce qu’elles portent sur des enquêtes et des périodes différentes : la quasi‑absence d’enquête portant sur les années 1970 et 1980 peut ainsi expliquer la « normalisation » des cohortes du baby‑boom. Ensuite parce que les modalités de réponse diffèrent en nombre et en nature. Par exemple pour la cohorte 1951‑1960 on constatait aussi une moindre chance d’être Discutant assidu plutôt qu’occasionnel, ce qui les plaçait aussi derrière les individus nés avant‑guerre, toutes choses égales par ailleurs.

Le lien entre appétence politique et renouvellement générationnel est confirmé, notamment du côté des post‑baby‑boomers qui n’ont ni le niveau d’intérêt ni la fréquence de discussion qu’ils devraient avoir compte tenu de leurs caractéristiques sociodémographiques en général et éducatives en particulier.

V Tiberj

[1]  Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, PUF, 2017, chapitre 3.

[2] La littérature fournit de multiples exemples de biais induits par le mode de passation d’une enquête ou l’ordre des questions. Ces biais ont ainsi permis à John Zaller d’élaborer sa théorie des opinions (1994).

Comment les inégalités de genre au sein des cohortes évoluent sur l’appétence politique

L’érosion du gender gap sur la discussion politique

Sources : probabilités prédites par le modèle à partir du Mannheim Eurobarometer Trend File complété par V. Tiberj pour la période 2002 2013. Les données ont été lissées sur une période de 3 ans. Sont reproduites ici les différences de proportions de répondants ne discutant jamais de politique parmi les femmes et parmi les hommes

Sources : probabilités prédites par le modèle à partir du Mannheim Eurobarometer Trend File complété par V. Tiberj pour la période 2002 2013. Les données ont été lissées sur une période de 3 ans. Sont reproduites ici les différences de proportions de répondants ne discutant jamais de politique parmi les femmes et parmi les hommes

Les femmes des cohortes récentes se différencient moins des hommes que leurs homologues nées avant 1951 quand il s’agit de parler politique; le différentiel de proportion entre les femmes et les /hommes qui ne discutent jamais politique n’est plus que de 6 points de pourcentage environ depuis 2005, pour les cohortes nées en 1951 et après, quand il stagne autour de 10 points pour la cohorte 1941‑1950 et dépasse largement les 12 points pour celles nées avant‑guerre. Ce rattrapage progressif des femmes s’explique sans doute par la fin du déséquilibre entre les sexes en matière de diplômes[1]. D’ailleurs cet effet d’éducation associé à des taux de mortalité dissemblables permet aussi de comprendre l’aggravation des différentiels femmes/hommes dans les cohortes nées avant‑guerre. Les femmes moins diplômées vivent plus longtemps que les hommes ; cadres ou exerçant une profession intermédiaire, donc souvent les plus diplômés, vivent plus longtemps que les ouvriers et employés, moins diplômés. Ceux des cohortes anciennes voient ainsi leur niveau moyen de diplôme progresser[2] (pas parce qu’ils ont repris leurs études) alors que celui des femmes reste similaire[3]. En résumé, la politique semble moins un domaine masculin au sein des cohortes récentes, mais les différences de genre persistent sur l’appétence politique, y compris dans des générations de femmes qui ont toujours eu le droit de vote et un accès égal à l’éducation.

V.Tiberj

 

[1]        Les femmes des cohortes récentes sont désormais plus diplômées que leurs homologues masculins quand la situation inverse s’applique aux cohortes anciennes.

[2]        Dans la cohorte 1930 et avant, 24 % déclarent avoir quitté le système scolaire à 18 ans ou plus et 56 % avant 14 ans dans les années 1970. Dans les années 2005 et après ils sont 31 % et 48 %.

[3]        Toujours dans la même cohorte, 19 % des femmes auraient quitté le système scolaire à 18 ans et plus et 56 % avant 14 ans dans les années 1970, contre 20 % et 58 % dans les années 2005 et après.

Les citoyens qui viennent

La moitié des électeurs qui ont choisi entre François Hollande et Nicolas Sarkozy en 2012 n’étaient pas en âge de voter lorsque François Mitterrand est arrivé au pouvoir et un cinquième d’entre eux n’étaient même pas encore nés. Ces nouveaux citoyens et citoyennes ont grandi dans un monde et une société très différents de ceux de leurs aînés. Pour elles et eux, le mur de Berlin, qui a tant pesé dans la vie de leurs parents et grands parents, c’est de l’histoire. Pour elles et eux, la globalisation, l’Union européenne, Internet et maintenant les réseaux sociaux sont des évidences de leur quotidien.
Ces citoyens qui viennent – ou sont déjà là – ont grandi et ont été socialisés dans une société multiculturelle et connectée, ou pourtant l’extrême droite est redevenue une force politique majeure. Ils vivent dans une société où le chômage est endémique, les emplois sont plus difficiles à trouver et de moins en moins protégés, quand leurs aînés pouvaient faire toute leur carrière dans la même entreprise. Ils vivent dans une société où les inégalités sociales s’accroissent et où l’État providence recule, quand leurs parents ont connu les avancées sociales des Trente Glorieuses. Ils sont devenus citoyens dans une période de défiance politique, dans laquelle les partis et responsables politiques sont régulièrement brocardés pour leur incapacité à résoudre les problèmes. There is no alternative est un argument qu’ils entendent très souvent, sous une forme ou sous une autre, tant à gauche qu’à droite. Pourtant, les mouvements associatifs n’ont jamais été aussi nombreux et les citoyens peuvent participer de plus en plus facilement et par des canaux de plus en plus diversifiés : signer une pétition par Internet, participer à des projets de quartiers, faire de l’action citoyenne au quotidien, bref agir sans le concours ou l’encadrement des élus et des partis.
Ces nouveaux citoyens seront aussi très différents de ceux qu’ils remplacent et de ceux à côté desquels ils prennent place. Ainsi, ils sont plus diplômés (63,5 % des individus nés dans les années 1970 ont obtenu un baccalauréat). Les femmes nées dans les années 1960 et après ont acquis dans la société une place que leur mère ou leurs grands mères n’auraient pu imaginer pour elles ou leurs filles. Elles sont désormais plus diplômées que les hommes de leur génération. Elles sont présentes tout autant que les hommes sur le marché du travail, même si leurs emplois restent moins bien payés et plus précaires. Jamais parmi ces nouveaux citoyens et citoyennes le sentiment religieux n’a été aussi faible : 28 % des individus nés dans les années 1970 et après se disent athées et à peine 10 % catholiques pratiquants, tandis que les « baby boomers », nés dans les années 1940, ne comptent que 18 % d’athées contre 19 % de catholiques pratiquants. Enfin les « post baby boomers » représentent une population particulièrement diverse en matière d’origines : près de 1 Français sur 5 né dans les années 1980 compte au moins un parent ou un grand parent immigré, contre 1 sur 10 pour les individus nés avant 1950.
Mis bout à bout tous ces éléments montrent que le renouvellement générationnel est un phénomène démographique et démocratique majeur. Pourtant, ces nouveaux citoyens ne font que très rarement l’objet de recherches et d’analyses propres notamment en science politique. De manière plus générale, c’est même l’approche par les cohortes de naissance qui est trop souvent laissée dans l’ombre, alors même qu’elle a permis de comprendre les évolutions de la stratification sociale européenne et qu’elle s’est considérablement développée en sociologie .
L’objet de ce carnet est de rendre compte de l’impact politique du renouvellement générationnel en France, en Europe et en Amérique du Nord. Pour montrer cet impact, je me suis concentré sur quatre grands terrains empiriques : le rapport à la politique en général et à l’offre politique en particulier, les transformations de la participation politique, les systèmes de valeurs et enfin les alignements politiques et électoraux.
Pour obtenir ces résultats, je me suis appuyé sur l’immense travail collectif de construction d’enquêtes menées par sondages depuis les années 1960. Je tente de mobiliser l’ensemble des enquêtes électorales nationales et les enquêtes comparatives (European Value Studies, European Election Studies, European Sosical Surveys, Eurobaromètres). Elles permettent de remonter au début des années 1970, voire aux années 1950 pour les plus anciennes. J’utilise des fichiers cumulés de ces enquêtes afin de mesurer comment les citoyens interrogés à des moments différents évoluent – ou non – sur des questions posées tout au long de la période. Ces fichiers cumulés permettent ainsi de distinguer entre effets de période, de cycle de vie et de cohortes. Ils ouvrent des perspectives particulièrement riches pour comprendre les évolutions sociopolitiques des démocraties contemporaines.