Le mood socioéconomique

 

Cette note présente la manière dont on peut comprendre le mood socioéconomique et son intérêt. Il  reprend et actualise l’un de mes chapitres.

Vincent Tiberj, “Ca s’en va et ça revient: les valeurs sociales et économiques de l’électorat », dans Sofrès, L’état de l’opinion 2012, Paris, Seuil, p. 97-110

La place de l’état dans l’économie, l’égalité entre les Français, la redistribution des richesses ont fait et font toujours partie des sujets clivants en France, contrairement à ce qu’on pouvait penser au début des années 90. Des sociologues aussi illustres que Ronald Inglehart pouvaient penser que les sociétés développées avaient atteint un optimum égalitaire et qu’elles pourraient se tourner désormais vers des enjeux postmatérialistes, la subsistance de tous étant désormais assurée. Il n’en est rien. La France reste marquée par des préoccupations essentiellement matérialistes (chômage, pouvoir d’achat, inégalités). En cela elle ressemble aux autres démocraties occidentales. Elle se démarque cependant sur un point : l’attachement à l’Etat en général et aux services publics en particulier.

Cet indice longitudinal de préférences sociales est constitué de 97 séries de questions qui couvrent cette dimension : prendre au riches pour donner aux pauvres ; priorité à donner aux salaires ou à la compétitivité ; contrôled e l’Etat sur les entreprises, opinion sur le RSA ou les impôts par exemple. On couvre de manière satisfaisante une période allant de 1978 à 2018, soit 40 années d’enquête. Parmi ces séries de questions d’enquêtes 10 ont été posées 10 fois ou plus et 51 au moins 5 fois. Ce mood est construit sur un fichier qui recense au total 591 mesures de l’opinion publique. L’indice peut évoluer entre 0 et 100, 0 signfiant que lors d’une année l’ensemble des répondants ont systématiquement donné une réponse « de droite » et 100 qu’ils ont systématiquement donné une réponse de « gauche ».

Les demandes sociales ne sont pas stables dans le temps, bien au contraire. Ainsi elles ont évolué entre un minimum de 46 en 1985 et un maximum de 61 en 2018. Une partie importante des Français change d’avis, demandant soit plus, soit moins d’Etat. En cela ils s’avèrent sensibles aux effets de périodes de la même manière que le sont les américains étudiés par James Stimson ou les Canadiens et les Anglais étudiés par Soroka et Wlezien. Les Français ne sont donc pas exceptionnels et ni plus ni moins idéologisés (et donc théoriquement immunisés au changement) que les électeurs de ces autres pays.

Les préférences des Français pour les valeurs sociales sont particulièrement fortes à la veille de la présidentielle 2012, et faible lors des présidentielles de 2002 et 2017. Au moment où François Hollande va l’emporter l’indice renoue même avec des niveaux qui n’avaient pas été atteints depuis la fin des années 70. Ainsi, à la veille de l’élection de François Mitterrand, l’indice était de 56,5 quand en 2011 il s’élève à 58. A titre de comparaison en 2006, un an avant la victoire de N. Sarkozy, le niveau de demande sociale était de 57, et en 2001, un an avant la réélection de J. Chirac, il s’élevait à 51,5. En 2016 il n’était que de 52, ce qui augurait d’une élection compliquée pour tout candidat qui voulait mettre en avant des politiques redistributives.

On peut résumer les évolutions de la manière suivante. Avec l’élection de François Mitterrand, la chute des demandes sociales a été particulièrement forte (-7,5 points en quatre années) et même si elles ont ré-augmenté entre 1986 et 1987, elles sont restées jusqu’au milieu des années 90 relativement basses : entre 46 et 48. Depuis, la tendance est bien à une hausse régulière. Ainsi entre 1993 et aujourd’hui, la progression est de 11,5 points, entre 2002 et 2011 de 6 points et entre 2007 et 2011 de 3 points. On peut d’ailleurs remarquer que la crise économique débutée en 2008 n’a affecté qu’à la marge les demandes sociales.

C’est un résultat remarquable d’un point de vue scientifique et politique. Alors que les élites partisanes de droite et, dans une moindre mesure, socialiste laissaient à penser que les Français étaient de moins en moins attachés à l’Etat-providence, c’est bien l’inverse qui se produit. Ici un décalage semble se creuser entre les demandes électorales et les propositions de politiques publiques des grands partis, comme si ces derniers résistaient à intégrer certains signes venus d’en bas, ce qui est pour le moins paradoxal dans une « démocratie d’opinion » où les sondages sont supposés permettre de connaître  en temps réel les souhaits du public. Serait-ce alors la preuve d’une certaine inertie idéologique des élites partisanes ? Il semble que oui, et cette inertie se retrouve également face aux évolutions des préférences culturelles des Français.

Et depuis l’élection d’Emmanuel Macron ? En moins de deux ans, la baisse enregistrée pendant le quinquennat de François Hollande a été comblée : entre 2016 et 2018 l’indice a progressé de 8 points en en 2 ans, un rythme qu’on n’avait plus constaté depuis le début des années 1980, à un moment où les politiques redistributives mises en place par la gauche étaient particulièrement marquantes.

Aux Etats-Unis les hauts et les bas des demandes de redistribution ont été étudiées notamment par Christopher Wlezien à partir de son modèle thermostatique. Le mood dépendrait des politiques menées par les gouvernements en place. Les politiques publiques pèseraient directement sur les demandes des électeurs pour plus ou moins de social. Mais ces évolutions iraient dans le sens contraire des politiques menées : un gouvernement de gauche induirait des demandes de droite et inversement. Cette relation s’est vérifiée pour les indices socioéconomiques aux Etats-Unis, au Canda et en Grande-Bretagne.

Stimson, J. A. (2018). The Dyad Ratios Algorithm for Estimating Latent Public Opinion: Estimation, Testing, and Comparison to Other Approaches. Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de Méthodologie Sociologique, 137138(1), 201–218. https://doi.org/10.1177/0759106318761614

[2] Pour plus de détails, le lecteur intéressé pourra se référer à James Stimson, Vincent Tiberj ,Cyrille Thiébaut, «Le mood, un nouvel instrument au service de l’analyse dynamique des opinions : application aux évolutions de la xénophobie en France (1999-2009) », Revue française de science politique 5/2010 (Vol. 60), p. 901-926 (disponible  à l’adresse suivante : www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2010-5-page-901.htm).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.