Le vote Boris Johnson une question d’âge ou de génération?

La victoire des conservateurs est indiscutable, même si elle est amplifiée par un mode de scrutin particulièrement peu respectueux des équilibres politiques exprimés dans les urnes. Cette déformation induite par le first pass the post system est encore plus flagrante quand on prend en compte les 32% d’électeurs qui se sont abstenus jeudi 12 décembre 2019. Les votes pour Boris Johnson comptent alors pour 28% des électeurs en Grande-Bretagne (et les travaillistes pour 21%).

Mais ici il s’agit de réfléchir à ce que le vote Johnson veut dire en terme d’âges ou de générations.

Le parti conservateur frôle la majorité chez les 55-64 ans et la dépasse chez les 65 ans et plus, en revanche les travaillistes sont majoritaires chez les moins de 35 ans et dépassent largement les tories chez les 35-44 ans. Serait-ce le classique cycle de vie qui voudrait que la jeunesse soit de gauche et la vieillesse de droite.

A man who is not a Liberal at sixteen has no heart; a man who is not a Conservative at sixty has no head.” (Benjamin Disraeli).

Souvent effectivement l’analyse tourne autour des effets de cycle de vie  qui pèse tant sur l’accumulation patrimoniale qu’y amènerait vers la droite au Royaume-Uni comme ailleurs, que sur les valeurs, puisque généralement ce sont dans les classes d’âge les plus âgées que se retrouvent les plus illibéraux culturellement, les plus défavorables à l’évolution des mœurs et le multiculturalisme.  À ces effets individuels s’ajoutent aussi des effets démographiques : le Royaume-Uni à l’instar de l’ensemble du « vieux continent » compte de plus en plus de seniors. Leur vote se portant sur les tories et leurs poids s’accroissant, irait-on alors vers une ère conservatrice où schématiquement les vieux décideraient pour les jeunes? Cet argument a déjà été abondamment mobilisé puisque les anciens ont voté majoritairement pour le leave et les plus jeunes pour le remain.

Pourtant une autre explication est possible : celle du renouvellement générationnel. Les anciens représentent des générations durablement alignées sur les conservateurs tandis que les générations qui viennent d’arriver. Bien sûr, cela ne change rien à la victoire de « Bojo », mais donne une image très différente du poids de la démographie et de l’avenir : dans un cas, c’est le vieillissement et il favoriserait le parti conservateur ; dans l’autre c’est le renouvellement générationnel et il favoriserait les travaillistes. Bien sûr les équilibres politiques peuvent dépendre des deux phénomènes et aussi des évolutions de plus courts termes (l’économie, les valeurs politisées, les leaders).

Impossible de trancher entre effet d’âges ou effets de génération à partir d’un seul point de données. Néanmoins j’ai essayé d’apporter ma pierre en reprenant les European Social Surveys et particulièrement les vagues 1 à 8 qui couvre la période 2002-2016. J’ai utilisé les questions de proximité partisane.

Le résultat majeur est le rejet des partis par les générations les plus récentes et ce n’est pas qu’une affaire de cycle de vie. Les répondants de la génération 1971-80 qui ont entre 36 et 45 ans en 2016 ne sont qu’un sur deux à se sentir proche d’un parti. Ils sont autant dans la génération 1961-70 et dans les cohortes nées en 1981 et après la proportion d’apartisans frôle les 66%. Les Britanniques les plus partisans sont les cohortes du baby-boom et d’avant (celles qui ont voté majoritairement pour Boris Johnson). Ce résultat fait écho à ce que j’avais pu trouver en France sur les générations post-baby-boom : dans ces cohortes on compte de plus en plus de « citoyens distants », ayant un rapport critique avec les acteurs politiques.

Quand on se focalise sur la proportion de tories par générations, on constate effectivement un effet cohorte. Les tories sont particulièrement faibles dans les cohortes récentes : 3% de conservateurs dans la cohorte 1981-90 en 2002, 10% en 2016, 8% dans la cohorte 1991 et après en 2008 contre 7% en 2016. En revanche, les générations anciennes (nées avant 1951 sont celles  qui soutiennent le plus le parti conservateur, en 2002, en 2010 ou en 2016 (rattrapées par la cohorte 1951-60 en 2016).

On peut constater des effets période : des mouvements vers le haut ou vers le bas du soutien aux tories. Celui-ci est particulièrement fort en 2010, année qui va voir David Cameron l’emporter face à Gordon Brown et aux travaillistes.

Mais entre 2012 et 2016, une nouvelle polarisation générationnelle semble émerger entre les générations les plus âgées et les autres. Elle s’est effectivement exprimée dans les urnes du Brexit en 2016 et probablement dans celles des législatives de 2019.

Et les équilibres Labour/ Tories ?

La polarisation partisane des générations est particulièrement visible ici. En 2002, les travaillistes dominaient les conservateurs dans toutes les cohortes (y compris les apartisanes). À Partir de 2010 les conservateurs deviennent dominants dans les cohortes nées avant 1950 tandis que les travaillistes maintiennent leur leadership dans les autres. En 2016 l’écart entre générations est désormais particulièrement fort. Entre la cohorte 1931-40 et la cohorte 1991 et après, il passe de de 8 points en 2012 à 21 points en 2014 et 34 points en 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.