Les erreurs d’une modélisation de la discussion politique par l’âge

Il est impossible de traiter simultanément les effets d’âge (cycle de vie), de période et de cohorte sans être confronté au problème de l’identification. Une manière de résoudre le problème est de faire comme si on privilégiait une approche théorique plutôt qu’une autre et de confronter les résultats obtenus par le modèle avec les données réelles. Le choix fait ici privilégie une lecture par l’âge des évolutions de la discussion politique, plutôt que d’adopter une approche par les cohortes (ce qu’on a fait dans le chapitre 3 des Citoyens qui Viennent[1]). Le modèle inclut également le sexe, la profession et le niveau d’études des individus, ainsi que les années d’enquêtes.

Discussion politique – les erreurs de l’approche par le cycle de vie

erreur-dage

Le modèle reproduit un effet de l’âge bien connu : il prend la forme d’un U pour la plupart des périodes analysées se traduisant par la forte implication des classes d’âge actives (entre 35 et 54 ans) tandis que les plus jeunes, à cause de la période de moratoire politique, et les plus vieux, avec leur mise à la retraite, se distinguent par leurs plus grandes chances de ne jamais discuter politique.

Pourtant, cette modélisation distord les données réelles. C’est particulièrement flagrant pour les deux premières périodes. Dans la période 1975-1980, le modèle par les effets d’âge prévoit une participation aux discussions politiques à peu près équivalente entre les différentes classes d’âge (entre 24,5 % et 27,5 % de chances d’être Non discutant), bien éloignée des données : les plus en retrait sont les plus âgés et surtout les moins de 35 ans sont les plus discutants. Cette distorsion entre les prédictions d’une forte participation des personnes d’âge mûr et des seniors et la réalité de leurs pratiques se retrouve dans la période 1981-1985. Le modèle semble un peu mieux rendre compte des données dans les périodes qui suivent. Si ce n’est qu’il minore fortement la participation effective des 45 54 ans entre 1996 et 2000 et des 45 64 ans en 2001 2005.

Derrière ces erreurs de modélisation, on peut suivre la progression de la carrière des cohortes mobilisées des baby boomers d’une part et des générations d’avant guerre en retrait d’autre part. Il faut se souvenir que les membres de la cohorte 1941 1950 ont entre 25 et 35 ans en 1975 et entre 55 et 65 ans en 2005.

Vincent Tiberj

[1] Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, Paris, PUF, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *