Les logiques sociopolitiques du placement des partis

Dans les citoyens qui viennent[1], le placement des partis sur l’axe gauche / droite n’est traité qu’au niveau descriptif. S’en contenter n’est pas suffisant, quand on prend en compte l’impact que peut avoir le phénomène des répondants fantômes. Si les peu diplômés, les ouvriers et les jeunes sont sous‑représentés, alors les pourcentages bruts présentés dans le livre sont faussés et, selon toute vraisemblance, les proportions de bonnes réponses sont gonflées. Ce biais sera atténué avec une analyse de régression. De plus, on pourra alors tester le comportement des cohortes au regard de leurs différences sociodémographiques, mais aussi de leurs différences en matière d’appétence politique.

Avant d’analyser les modèles présentés, deux points doivent être portés à l’attention du lecteur. Premièrement, j’ai choisi de ne présenter que les modèles portant sur les conditions dures, afin de rendre le test encore plus exigeant. Deuxièmement, la profession de la personne interrogée n’est pas incluse ici à cause d’un défaut de l’EES 1999 qui ne la mesure pas. Le choix était alors le suivant : soit supprimer de l’analyse cette vague d’enquête, soit retirer de l’équation la profession. J’ai effectué les analyses avec les deux solutions, mais choisi de présenter ici uniquement la seconde. Les modèles obtenus avec la condition simple et les modèles qui comportent la profession sont disponibles sur demande.

Expliquer les placements des partis

placement-parti

Trois modèles emboîtés ont été définis. Les modèles 1 correspondent à la mise en équation de la figure 17 (p. 91) ni plus ni moins, avec comme variables indépendantes l’année d’enquête et les cohortes de naissance. Ils expliquent parfois plutôt bien le phénomène, mais l’explication est alors triviale. Ainsi ils permettent de tester les variations de connaissance sur les partis dans le temps.

Les modèles 2 prennent en compte les différences de composition des cohortes notamment en matière de diplômes, mais aussi des effets de carrière : l’entrée dans l’âge adulte et l’arrivée à un âge avancé. Les résultats sont conformes à ce qu’on sait des traditionnelles inégalités sociopolitiques. C’est le cas du diplôme : les moins diplômés ont toujours entre 5 et 2 fois moins de chances de situer correctement un parti que les plus diplômés. Ainsi les inégalités de genre sont régulièrement à l’œuvre, même si elles sont clairement moins fortes que pour le diplôme. De ce fait les femmes, indépendamment de leur niveau de diplôme, de leur appartenance cohortale ou de l’année d’enquête, ont 1,6 fois plus de chances de ne pas bien situer le FN (l’inverse de 0,6) et 1,25 fois plus de chances de ne pas bien situer le PCF, le PS, l’UDF/MoDem ou le RPR/UMP. Enfin, l’arrivée à un âge avancé pèse significativement sur le placement de certains partis et pas sur d’autres, mais généralement dans le sens attendu, c’est‑à‑dire moins bien. C’est le cas sur la capacité à placer le PS, les Verts et l’UDF/MoDem. En revanche cela n’induit pas de différences significatives notamment sur le placement du PCF, ce qui confirme encore une fois la spécificité du communisme comme marqueur politique.

Les modèles 3 ajoutent à l’analyse l’intérêt pour la politique. Plusieurs effets sont possibles. D’abord plus on est intéressé plus on devrait placer correctement les partis. C’est effectivement le cas notamment quand on se focalise sur les « pas du tout intéressés » qui ont entre 1,5 et 3 fois plus de chances de ne pas les placer correctement en comparaison avec les plus intéressés. Ensuite, l’intérêt politique vient bien compenser les handicaps sociaux induits par le niveau d’éducation, l’âge avancé ou le genre. La plupart des coefficients du genre et du diplôme tendent vers 1 entre les modèles 2 et 3, ce qui ici indique une réduction des inégalités.

Une fois ces différents résultats exposés, que dire des effets cohortes ? D’abord les résultats sont bien différents de ceux constatés dans la première partie de ce chapitre pour la discussion politique. Seul le cas du PCF rappelle les résultats précédents. Dans le modèle 1, les individus nés dans les années 1960 ont 1,25 fois moins de chances de placer correctement le PCF par rapport à la cohorte 1941‑1950 ; leurs homologues nés dans les années 1970, 1,6 fois moins de chance et ceux nés dans les années 1980 et après, 2,5 fois moins de chances. Cet impact de la cohorte de naissance est d’autant plus important que leur niveau de diplôme aurait dû leur permettre a priori de mieux savoir placer ce parti. Pourtant, les coefficients s’éloignent de 1 et, désormais, si on tient compte du niveau de diplôme, les individus nés en 1981 et après ont alors 3 fois plus de chances de se tromper, ceux nés dans les années 1970 2 fois plus de chances et ceux nés dans les années 1960 1,6 fois plus de chances que leurs alter ego nés dans les années 1940. La prise en compte de l’appétence politique, plus faible dans les cohortes post‑baby‑boom, réduit à la marge ce phénomène. Ici donc ces individus dénotent une méconnaissance importante de ce parti. Si ce schéma s’était reproduit sur d’autres partis, alors l’hypothèse d’une plus forte proportion de Citoyens aliénés parmi les post‑baby‑boomers aurait été validée. Mais le PCF est un cas isolé. Autrement dit, l’explication par un effet de socialisation spécifique au PCF est ici la plus plausible.

Pour les autres partis, les résultats sont donc bien différents. Pour le PS, par exemple, la cohorte 1971‑1980 semble faire moins bien que les autres pour le situer, compte tenu de leur niveau de diplôme, mais c’est la seule dans ce cas et l’ampleur de l’écart reste faible. Pour les Verts, l’UDF/MoDem, le RPR/UMP ou le FN, les post‑baby‑boomers ne se distinguent pas de leurs alter egos nés dans les années 1940, voire peuvent faire mieux notamment dans le cas du FN. Ainsi les membres de la cohorte 1981 et après ont 1,7 fois plus de chances que la cohorte 1941‑1950 de bien situer le FN, a caractéristiques sociales, mais aussi à appétence politique équivalentes. Autrement dit, les post‑baby‑boomers s’avèrent effectivement bien au fait, ou au moins autant au fait, de qui est où dans la vie politique que les cohortes du baby‑boom. Il faut donc rejeter l’hypothèse de l’aliénation, au profit de celle du rapport distant à la politique. Dans ces cohortes on peut connaître sans apprécier, à la différence de celles plus anciennes pour lesquelles les deux allaient de pair.

C’est d’autant plus vrai que nombre de ces électeurs nés dans les années 1960 et après manquent de l’expérience acquise par ceux plus âgés qui ont été confrontés à plus d’élections et donc « connaissent la musique ». Or les résultats de la variable moratoire qui ne s’applique ici qu’aux cohortes 1971‑1980 et 1981 et après, ne sont pas ceux auxquels les spécialistes de la socialisation politique sont habitués. Dans 4 cas partisans sur 6, le coefficient indique que les « jeunes électeurs » auraient plus de chances de bien situer les partis que le reste de l’électorat, ce qui n’est vraiment pas attendu. On pourrait objecter que ces coefficients ne sont pas significatifs dans la majeure partie des cas. Mais, si on supprime cette variable de l’équation, l’écart entre les cohortes post‑baby‑boom et la cohorte de référence s’en trouve alors accru en faveur d’une encore meilleure capacité des premiers à situer les partis politiques. Dans ces modèles 3 modifiés, des écarts significatifs apparaissent. Les post‑baby‑boomers font donc beaucoup mieux que ce que leur niveau d’intérêt politique le laisserait supposer.

Vincent Tiberj

[1] Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, Paris, PUF, 2017, chapitre 1, p.86-97


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *