Une typologie des rapports aux partis au sein des générations

A partir du nombre de partis auxquels les électeurs pourraient accorder leur vote , leur refus d’en choisir certains et leur lien au parti (se sentent-ils porches ou non des partis ?), on peut établir une typologie des rapports aux partis au sein des cohortes. Dans un cas, ils soutiennent le leur et excluent les autres. Cela vient renforcer un vote qui va très souvent correspondre à ce lien partisan. Dans l’autre cas, les individus concernés éliminent d’abord suivant la logique du vote négatif d’Helena Catt[1]. De la même façon, avoir plusieurs partis dans son espace des possibles, autrement dit envisager plusieurs votes, n’a pas la même implication selon que les individus disposent d’un parti dont ils se sentent proches, ou non. Dans le premier cas, leur vote devrait aller d’abord à l’organisation favorite, ou tout au moins la plupart du temps à celle‑ci. Dans le second cas, les votes devraient être beaucoup plus variables tout en restant dans cet espace des possibles. Clairement entre les post-baby-boomers, les baby-boomers et les électeurs nés avant-guerre le rapport aux partis à bien changé. Ainsi, exclure de voter pour des partis aura des significations différentes selon que les individus disposent ou non d’un parti préféré.

À l’échelle de l’électorat et du système politique dans son ensemble, les conséquences politiques seront alors très différentes. La montée en puissance du vote négatif devrait correspondre à une baisse de la participation électorale. Se déplacer pour faire barrage apparaît, en effet, moins mobilisateur que de le faire par adhésion[2]. Ensuite, un espace des possibles multipartite devrait entraîner une plus grande variabilité dans les scores des différents partis, a fortiori si les individus concernés ne se sentent pas proches d’un parti en particulier. On retrouve ici une des conclusions de l’école de Michigan : l’identification partisane induit une certaine stabilité du système partisan en assurant à chacun un matelas relativement constant de voix. Avec un lien partisan plus faible en France et avec un espace des possibles plus souvent multipartite, cette stabilité d’une élection à l’autre devrait être moindre. Surtout si, comme on le suppose, le lien aux partis est affecté par le renouvellement générationnel, alors cette variabilité d’une élection à l’autre va en augmentant. Les cohortes post‑baby‑boom associées à la citoyenneté distante remplacent alors des cohortes dont les membres étaient plus souvent dans une logique de « remise de soi » à un parti. Non seulement la participation électorale est de plus en plus erratique comme on le verra dans le chapitre 5, mais il devrait en aller de même des succès et des défaites des différents partis.

Afin de tester l’hypothèse de l’importance de la combinaison rapport aux partis/proximité partisane, j’ai construit une typologie raisonnée des rapports aux partis selon la question de proximité partisane (être apartisan ou partisan) et le nombre de partis dans l’espace des possibles (aucun, un ou plusieurs). Cette typologie permet d’envisager des logiques de votes différentes selon la configuration dans laquelle se trouve l’individu.

Un Monopartisan, qui se sent proche et n’envisage de voter que pour un seul parti devrait reproduire systématiquement le même vote, pour le même parti, sauf si la configuration des candidatures l’oblige à faire autrement. De manière intéressante, ces monopartisans se manifestent essentiellement comme des soutiens au PS, au RPR ou à l’UMP. En 2009 ce type rassemble 21 % des personnes interrogées.

Proches des premiers par leur relation de proximité à un parti, les Partisans à espace multiples, se distinguent par la possibilité de voter pour plus d’un parti. Leurs votes pourraient donc être plus variables dans le temps[3]. Ils sont généralement plus nombreux que les Monopartisans : 28 % contre 21 % en 2009, 24 % contre 22 % en 2014, 31 % contre 15 % en 2004 par exemple. Dans les années 2000 et après, les Partisans multiples sont plus souvent à gauche que les Monopartisans. Ainsi en 2004, ils sont 53 % à se situer dans ce camp contre 43 % parmi les Monopartisans. En 2009, 55 % des Partisans multiples se situent à gauche contre 20 % des Monopartisans, et 52 % et 32 % respectivement en 2014. Leur niveau de participation électorale déclarée est sensiblement le même que celui des Monopartisans sur la période.

Les Apartisans à espace vide se manifestent comme l’incarnation empirique de l’électeur négatif d’H. Catt. Ils ne possèdent pas de lien positif à un parti et aucun d’eux ne suscite une probabilité de vote supérieure ou égale à 6 sur 10. Au mieux, ces électeurs savent contre qui ils sont, mais pas forcément vers qui se tourner. Ils représentent 19 % des personnes interrogées en 2009. Cela se traduit par un fort taux de « non‑ alignés » (ni de gauche ni de droite) : c’est le cas de 56 % d’entre eux en 2004, de 66 % en 2009 et de 70 % en 2014 (contre respectivement 25 %, 35 % et 41 % de l’ensemble des personnes interrogées ces années‑là). Au sein de ce groupe, le niveau de participation déclarée est particulièrement faible : sur l’ensemble de la période 1989‑2014, ils ont 1,5 fois plus de chances de s’abstenir que les Monopartisans. Le vote négatif existe, mais il n’est pas aussi mobilisateur que le vote positif.

Un quatrième groupe relativement proche des précédents rassemble les Apartisans avec un parti dans leur espace des possibles. En 2009, ils représentent 17 % de l’échantillon. Ces électeurs ne sont guère positifs à l’endroit de l’offre politique puisque leur parti préféré ne l’est que faute de mieux. Ils correspondent aux partisans, par défaut, aux personnes interrogées qui choisissent le parti « le moins éloigné » dans la question française de proximité partisane. Eux aussi tendent à moins participer puisque leurs chances de s’abstenir sont 1,4 fois plus importantes en moyenne sur la période que les Monopartisans. Ils occupent une position intermédiaire entre les Partisans et les Apartisans à espace vide sur l’alignement politique : 31 % se placent au centre (contre 17 % des Monopartisans) en 2004, en 2009, ils sont 50 % (contre 17 %) et en 2014, 49 % (contre 19 %).

Enfin le dernier groupe rassemble les Apartisans à espace multiple. Ces électeurs sont sans doute particulièrement sensibles au contexte qui prévaut à chaque élection, puisque leur vote peut se porter sur plusieurs partis sans que l’un d’eux soit préféré. Ils se caractérisent aussi par une certaine distance puisqu’ils ne traduisent pas leurs préférences partisanes en proximité. En 2009, ils sont 19 % des personnes interrogées. Cette distance induit une plus forte tendance à l’abstention (1,25 fois plus de chances que les Monopartisans sur l’ensemble de la période) et au non‑alignement bien qu’il soit moins fort que pour les autres Apartisans (24 % en 2004, 38 % en 2009 et 37 % en 2014). On les trouve donc aussi à gauche et à droite.

Une typologie des rapports aux partis en 2009

typoparti

Sources : EES 2009. Lecture : sont représentés les pourcentages d’un type de rapports aux partis au sein d’une cohorte. Par exemple 16 % des individus nés dans les années 1970 sont des Monopartisans

Les membres des cohortes se démarquent les uns des autres particulièrement sur trois types de rapports aux partis. D’abord, plus une cohorte est récente, moins ces membres ont de chances d’être des Monopartisans : 30 % des électeurs nés avant‑guerre rentrent dans cette catégorie contre 20 % de ceux nés entre 1951 et 1960, 17 % des membres de la cohorte 1961‑1970, 15 % des membres de la cohorte 1971‑1980 et 12 % des membres de celle 1981 et après. Les cohortes post‑baby‑boom se caractérisent par une plus grande proportion de « multiples » que les individus concernés soient Partisans ou Apartisans. Ainsi les individus nés avant 1951 sont particulièrement peu représentés parmi les Apartisans à espace multiple (entre 12 % et 16 % contre entre 20 % et 24 % pour les individus nés après 1950). Dans ces cohortes nées après 1950 on compte plus d’Apartisans à espace multiple que de Monopartisans. Enfin, les membres des cohortes 1971‑1980 et 1981 et après semblent un peu plus être des Partisans « à choix multiples », la fréquence de ce type de rapport aux partis étant de 32 % dans la première et 35 % dans la deuxième génération contre environ 26 % pour les autres cohortes.

regr-typoparti

L’analyse multivariée qui suit confirme l’impact du renouvellement générationnel. Il s’agit d’une régression logistique multinomiale dans laquelle le profil de référence est constitué des Monopartisans.

Les Monopartisans et les Partisans à choix multiple se distinguent des trois types Apartisans. Ces deux profils rassemblent plus souvent les individus intéressés par la politique et idéologiquement alignés. Les « pas du tout » intéressés ont ainsi 5 fois plus de chances que les « très intéressés » d’être dans un des profils Apartisans plutôt qu’être Monopartisan et ont encore moins de chances de faire partie des Partisans à choix multiple. De même, les non‑alignés ont 6 fois plus de chances que les alignés à gauche d’être des Apartisans à espace vide, 3,5 fois plus de chances d’être des Apartisans avec espace unique, et 2,5 fois plus de chances d’être Apartisan à choix multiple. À l’autre bout du spectre, on trouve les Partisans à choix multiples qui rassemblent très souvent des répondants très intéressés.

Une lecture trop rapide associerait ces profils apartisans à des citoyens aliénés. Ce serait trompeur. On a vu dans le chapitre 3 que derrière un faible niveau d’intérêt se cachent deux attitudes à l’égard de la politique, l’aliénation, mais aussi la distance, particulièrement forte dans les cohortes récentes. De fait, on constate des différences significatives entre cohortes sur ces profils d’Apartisans, y compris en contrôlant par des différences de composition ou de rapport au politique. Ainsi les post‑baby‑boomers ont plus de chances de se retrouver parmi les Apartisans à choix multiple et, dans une moindre mesure, les Apartisans à choix unique. Les individus nés après 1981 ont ainsi 2,5 fois plus de chances d’être des Apartisans à choix multiples que des Monopartisans quand on les compare aux membres de la cohorte 1941‑1950 et les individus nés entre 1971 et 1890, 1,9 fois plus de chances. Ces résultats cadrent bien avec ce qu’on sait de leurs capacités à situer l’offre politique, tout en gardant leur distance à l’égard de la politique et des acteurs qui l’incarnent. Enfin, les individus de la cohorte 1981 et après ont également plus de chances de se retrouver dans le profil des Partisans à choix multiples.

Le multipartisme apparaît donc bien comme une réalité qui touche un nombre conséquent d’électeurs. Surtout, ce phénomène est particulièrement répandu au sein des cohortes récentes amenées à prendre de plus en plus d’importance à l’avenir tandis que les celles qui comptent le plus de Monopartisans pèsent de moins en moins. Une autre conséquence du renouvellement générationnel est donc que les scores des différents partis seront de moins en moins stables d’une élection à l’autre.

Vincent Tiberj

[1]        Helena Catt, 1996, op. cit.

[2]        J’avais pu le constater lors du second tour de l’élection présidentielle de 1995. Lorsque les personnes interrogées déclaraient de l’antipathie simultanément pour J. Chirac et L. Jospin, mais en rejetaient un plus que l’autre, alors leur participation déclarée se situait à 65 % s’ils se positionnaient à gauche ou à droite et 47 % s’ils étaient ninistes. En revanche, si les électeurs trouvaient un finaliste plus sympathique que l’autre, alors leur participation déclarée s’élevait à 88 % s’ils étaient de gauche ou de droite et 77 % chez les ninistes (Vincent Tiberj, 2002, op. cit.).

[3]        Même s’il est difficile de le prouver avec ce type d’enquête par sondage, à la différence d’un panel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *