Contrat doctoral fléché sur le projet « Jeunesses, citoyennetés et inégalités sociospatiales »

Financement : Région Nouvelle -Aquitaine

Montant de l’allocation doctorale : 1758 euros brut par mois  (et possibilité d’enseigner)

Directeur de thèse : Vincent Tiberj, Professeur de sociologie

Localisation : Centre Émile Durkheim (UMR 5116), Sciences Po Bordeaux

Période : octobre 2018 – septembre 2021

 

Résumé du projet :

Le projet vise à mieux comprendre le rapport au politique des jeunesses en partant d’une approche spatiale et sociologique. Les jeunesses des quartiers populaires ou des villes-centres, de la France périurbaine et de la ruralité s’insèrent dans des environnements très différents et cette socialisation dans sa dimension politique est souvent considérée en crise. Les symptômes les plus souvent rappelés sont la défiance politique, le retrait des urnes ou le vote Front National.

Il s’agira dans ce projet de confronter l’impact de ces contextes spatiaux avec les logiques explicatives du rapport au politique plus classiques qui s’appuient notamment sur les caractéristiques sociologiques des individus, afin de mieux comprendre comment ils s’articulent, s’annulent ou se renforcent. L’objectif est de mieux comprendre comment au sein de ces populations se construit le rapport à la politique, aux institutions et aux acteurs politiques, le sentiment d’être entendu, la capacité à participer, l’inscription dans les territoires ou les systèmes de valeurs notamment. Enfin une attention particulière sera portée à la question du non-recours aux aides publiques.

L’objectif de ce projet de recherche est d’enquêter sur les jeunes « dans leur environnement ». Il s’agira ainsi de construire des échantillons représentatifs de jeunes des ZUS / résidants dans les idéopôles / vivant en zone périphérique / vivant en zone rurale. Le but est de disposer d’échantillons suffisamment larges pour être analysé chacun indépendamment des autres. Le projet se traduira par deux séries d’enquêtes par sondage représentatives, l’une à l’échelle nationale, l’autre à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine et une enquête qualitative auprès de jeunes de Nouvelle-Aquitaine.

Le questionnaire se penchera sur les valeurs culturelles et socioéconomiques, la participation politique (vote, association, manifestation, etc.), les rapports aux acteurs et aux institutions politiques et les rapports aux territoires. Ils intégreront les variables sociodémographiques classiques auxquelles on adjoindra des mesures de mobilité et d’ancienneté dans les territoires. Ainsi on pourra prendre en compte simultanément les inégalités sociales « classiques » et les « effets de lieux ».

 Place de la thèse dans le projet:

La/ le candidat.e sera intégré.e dès le début de sa thèse à ce projet de recherche ce qui va lui permettre de s’initier à l’ensemble du processus de construction d’une enquête quantitative (de la conception du questionnaire et la méthode d’échantillonnage au traitement des analyses) et de développer des compétences en analyse des données statistiques et qualitatives.. Par ailleurs la/ le candidat.e retenu.e participera aux publications comme auteur.e et participera à des conférences académiques françaises et internationales.

La/ le doctorant.e sera plus particulièrement en charge de l’enquête qualitative par entretien. Cette enquête se fera à partir de l’enquête région, donc sur des individus et des territoires de la Nouvelle-Aquitaine. Cette méthode de postenquête est régulièrement pratiquée par l’INSEE et permet de sélectionner des individus particulièrement intéressants à partir des premières analyses du sondage. Il s’agira principalement de mieux comprendre comment la citoyenneté et le rapport à la politique se construisent à travers une analyse centrée sur le parcours biographique des personnes interrogées et leurs inscriptions spatiales. Ainsi, on approfondira la compréhension des effets de lieux sur des individus qui auront grandi à la même période, mais certains dans des grands ensembles ou dans des zones pavillonnaires par exemple.

Moyens

Accueil au Centre Émile Durkheim (poste de travail)

Financement de missions de terrain

Données quantitatives produites lors du projet

 

Compétences requises

La/le candidat.e devra être titulaire d’un Master (ou d’un diplôme équivalent) en science politique, en sociologie ou dans une discipline des sciences humaines et sociales.

La/le candidat.e devra avoir des compétences en statistiques et une maîtrise des logiciels Stata, SPSS et/ou R, ainsi qu’une bonne aptitude à mener des observations et des entretiens.

La/le candidat.e devra aussi parler et écrire en français et en anglais.

Lieu de résidence

La/le candidat.e devra impérativement résider dans la communauté urbaine de Bordeaux et participer régulièrement aux activités du Centre Émile Durkheim.

Direction

La thèse sera dirigée par Vincent Tiberj, Professeur de sociologie à Sciences Po Bordeaux.

Unité d’accueil

Centre Émile Durkheim, UMR 5116 (https://durkheim.u-bordeaux.fr/)

 Modalités de sélection

Les candidat.e.s intéressé.e.s doivent envoyer par courrier électronique :

  • Un CV
  • Le relevé des notes de M1 et M2,
  • Le mémoire de recherche rédigé lors du master
  • Un document expliquant comment la/le candidat.e envisage son insertion dans le projet et d’aborder le sujet de thèse du point de vue théorique et méthodologique.

La sélection se fera sur dossier. Une demande d’audition du ou des candidat.e.s pressenti.e.s pourra éventuellement être formulée (par skype ou en présentiel). Les candidatures sont à adresser à v.tiberj@sciencespobordeaux.fr

 Date limite pour candidater

1er octobre 2018

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.